Les chars allemands étaient ils les meilleurs de la 2e guerre mondiale ? – 4e partie

4e et avant dernier article sur notre thème : les chars allemands, est ce qu’ils étaient vraiment les meilleurs ? Et nous allons voir ce que valent les chars américains en face d’eux.

Les troupes américaines découvrent le char en 1917, alors qu’ils débarquent en Europe pour prendre part au conflit, au côté de la Triple Entente. Comme je l’avais rapidement expliqué dans la 2e partie, ils s’équipent en chars français, surtout le Renault FT, car il serait trop long de développer le leur. Sauf qu’il faut entrainer les soldats au maniement de cette arme nouvelle : Pershing, le commandant de la force US, choisit un jeune officier nommé Georges Patton, pour diriger l’école des blindés légers. Entre Patton (au caractère explosif et au tempérament fonceur) et le tank, c’est le coup de foudre. Il les teste lui même, visite les usines de fabrication, discute avec des théoriciens comme Fuller ou Estienne, autant sur le matériel que sur les stratégies, et défend l’intérêt de cette arme face à ses collègues réticents. Il dirigea même une unité lors des premiers engagements, avec de bons succès.

Georges Patton durant la 1ere guerre mondiale, devant un char français FT

Et du coup, après guerre ? Alors que la plupart des grandes puissances, notamment européennes, développent de nouveaux chars et les stratégies d’emploi ? Bah … rien. Pour l’armée des Etats Unis, le futur, c’est la CAVALERIE. Patton et d’autres officiers – comme un certain Chaffee- ont beau protesté, se rouler par terre ou retenir leur respiration jusqu’à ce qu’il se passe quelque chose, rien ne se passe. Et on leur fait même comprendre qu’il faudrait qu’ils se calment, parce que ça suffit les bêtises. Du coup, dans leur coin, ils continuent de réfléchir à ce qu’on pourrait bien faire des chars, même si pour l’instant on en est privé.
Du coup, durant l’entre deux guerres, les Etats Unis développent et produisent seulement deux modèles : le M1 armé de mitrailleuses à l’instar du Panzer I, et le M2 un peu mieux armé avec un canon de 37 mm. Même si les deux véhicules sont assez rapides pour l’époque, ils sont clairement sous armés, sous protégés, bref, médiocres. En plus ils sont produits en quantité dérisoire et de façon quasi artisanal (par un arsenal d’état – Rock Island Arsenal), et mal entretenus (si bien que Patton va acheter avec son argent personnel des pièces de rechange). Quant à la doctrine d’emploi, on se contente, au niveau de l’état major, de le concevoir comme une arme d’accompagnement de l’infanterie.
Pour défendre un peu nos pauvres militaires, il faut remettre quand même le contexte de l’époque : un pays globalement isolationniste, une crise économique qui a provoqué des coupes budgétaires monstrueuses, limitant l’achat d’équipements (et un char, ça coute cher) et les manœuvres et exercices. Mais le constat est là : les USA prennent un retard considérable.

Le ridicule char M1, officiellement « combat car » soit voiture de combat

Le M2, qui n’est guère mieux

Et puis arrive Mai 1940. Et là, on voit l’armée française, considérée à l’époque comme la meilleure au monde (non, ce n’est pas une blague), se prendre la trempe des beaux jours par les Panzerdivisions. C’est un peu le choc : et si on s’était trompé ? Stop ! Demi tour complet : on décide un changement de doctrine pour prendre en compte les enseignements de la bataille de France. Et on fait appel pour cela à ceux qui militaient en faveur des blindés depuis des années : notamment Patton, et surtout Chaffee, qui vont poser les bases de la guerre mécanisée à l’américaine.
En dehors des questions stratégiques et tactiques, se pose une question tout aussi importante : celle de concevoir et produire des chars. D’autant plus que Churchill, un peu en difficulté, demande au président Roosevelt s’il ne peut pas lui venir en aide, là tout de suite, même s’il ne peut pas entrer en guerre pour l’instant. Sauf qu’un gros problème se pose : les capacités de production sont trop faibles, et on risque de manquer de temps pour créer des usines dédiées à l’armement. (De nos jours, cela parait impensable, mais à l’époque, le complexe militaro-industriel américain est très faible.) Pas de problème : on va faire comme les Européens confrontés à la crise des obus, en 1915, et faire appel aux industries civiles, notamment du secteur automobile. Plusieurs avantages à cela : ils ont l’habitude de produire en masse pour pas trop cher, ils ont des ingénieurs et ouvriers qualifiés, et surtout ils savent concevoir des moteurs puissants et des mécanismes fiables. Par contre, comme les chars ce n’est pas vraiment leur spécialité, on ne s’attend pas à ce qu’ils produisent d’emblée des chars de qualité. Prenons par exemple les tanks moyens, qui doivent devenir l’ossature des divisions blindées.
Pour le char moyen à concevoir, les militaires américains ont choisi comme arme principale un canon de 75 mm, ce qui est plutôt pas mal en 1940. Mais être capable de coller un tel canon dans la tourelle d’un char n’est pas encore à la portée des ingénieurs US, on décide de trouver une solution intermédiaire : et si, comme pour le B1 français, on plaçait le canon en casemate, et on met une tourelle plus petite ? Cette solution va donner le M3, qui sera renommé par la suite Lee (US) ou Grant (pour ceux exportés au R.U.). Conçu un peu en urgence, il possède un certain nombre de défauts : blindage insuffisant face aux dernières armes antichar, silhouette très haute (et donc, char + repérable et vulnérable), disposition de l’armement pas toujours pratique (d’autant plus que le canon le + puissant, celui de 75mm, possède un mauvais débattement qui l’empêche de tirer vers le bas). Cependant, il s’avère fiable, puissamment armé, et équipé d’une radio.

Le M3, renommé « Lee/Grant » par la suite, aka « Je saurai pas faire mieux pour l’instant »

Les premiers engagements du monstre se font dans les mains des Anglais, durant la guerre du désert. Et ce char, conçu à la va-vite, va se révéler bien meilleur que tous les chars à la disposition du Commonwealth, et largement capables de rivaliser avec ceux alignés par les Allemands et Italiens ! Avec le temps (et l’amélioration constante des chars germains), les défauts commencent à se faire sentir, et il est donc dès que possible remplacé par son successeur.
En effet, maintenant qu’on s’est fait la main sur le M3 Lee/Grant, on peut passer aux choses sérieuses. Pendant que l’on produit vite fait ce dernier, on travaille plus longuement sur le deuxième, afin notamment de pouvoir caser le canon de 75mm dans une tourelle. Un premier prototype est prêt en Septembre 1941 : ce sera le M4, rebaptisé Sherman d’abord par les Britanniques, puis par l’US Army. Ce char, vous le connaissez probablement, tellement il est devenu emblématique du front de l’Ouest ; si vous avez vu un film de guerre sur ce front, ou joué à un jeu vidéo sur la 2e guerre mondiale, vous l’avez sans aucun doute aperçu.
Sur ses qualités premières, c’est un char correct. Son armement principal ne manque pas de punch, surtout face à l’infanterie (contre les chars … nous y reviendrons). Il est correctement blindé, possède une vitesse digne d’un char moyen, tout en étant fiable. Il est équipé d’une radio, et est qualifié « d’assez confortable » par les équipages ; ce point peut paraître anecdotique, mais quand on passe plusieurs heures de combat dans un gros machin en métal, le confort permet de rester en bon état (et donc plus apte à taquiner ses copains de jeu). Il garde cependant une silhouette haute, ce qui n’est pas top car plus susceptible de se prendre un pruneau. Mais surtout : il est très facile à produire. Ce sera le 2e char le plus produit de la 2e guerre mondiale (après le T-34 russe, dont nous parlerons la prochaine fois) ; il va notamment être décliné en de nombreuses variantes – char amphibie, lance flammes, démineur, lance roquettes, pont mobile … Un vrai couteau suisse (mais américain).
Pour l’anecdote : il sera produit dans plusieurs usines à travers le pays, qui n’appartiennent pas aux mêmes entreprises. Il va en résulter un certain nombre de variations, liées à toutes sortes de contraintes. La caisse est généralement moulée, mais parfois soudée. Pour le moteur, celui prévu à la base n’étant pas toujours disponible en nombre suffisant, on va le remplacer par des moteurs d’avions ou de bus. Sans compter les améliorations progressives … Bref, ne vous étonnez pas si, en consultant des photos de la bête, vous voyez régulièrement des différences. C’est vrai pour tous les chars d’ailleurs, mais surtout pour ce dernier.
On le voit donc : notre bon M4 Sherman est un char moyen … moyen. Ni bon, ni mauvais, mais surtout fait pour être produit vite et en nombre. Mais qu’est ce que cela va donner en combat ?

Le M4 « Sherman », LE char US de la 2e guerre mondiale

Les premiers à l’utiliser sont les Britanniques, durant la guerre du désert. Les Yankees ne sont pas encore engagés au sol face aux Teutons, ce sont donc les Rosbeefs qui ouvrent le bal. Vu que le M3 Grant était déjà un des meilleurs chars à leur disposition, le M4 va encore apporter un avantage supplémentaire. Utilisé dans de nombreux combats de char, notamment à El Alamein, il va contribuer à la victoire alliée. Et pour cause : il affronte à armes égales les derniers modèles allemands. Et oui : ce char conçu à l’arrache, et pas forcément optimisé pour être une bête de guerre, va faire suer Rommel et ses vétérans de l’Afrika Korps. Bon, si on le compare au Pz-VI (plus connu sous le nom de Tigre), oui, là clairement, il ne fait plus le poids ; d’un autre coté on parle d’un char « lourd », donc pas tout à fait la même catégorie.
Après, pendant de longs mois, ce sera le calme plat. En effet, à l’Ouest le principal théâtre d’opérations sera le sud et le centre de l’Italie, qui se prête mal aux combats de char, avec notamment de nombreux reliefs. Et du coup, l’armée US n’améliore que peu son principal char : on se concentre surtout sur l’amélioration des cadences de production. Alors que du côté allemand, c’est l’inverse : confrontée aux hordes blindées soviétiques, la Wehrmacht a considérablement améliorée son matériel ; avec le dernier modèle de Panzer-IV, surblindé et armé d’un nouveau canon de 75mm à canon long, et surtout le Panzer V dit « Panther », conçu pour être un char de supériorité. Et ne parlons même pas du Tigre et son successeur, le Tigre royal, un monstre de 70 tonnes.

Ainsi, en Normandie, c’est la douche froide. Le Sherman qui, jusque là, n’avait pas trop de difficultés, retrouve à se faire régulièrement défoncer par des ennemis en nette infériorité numérique. Il faut dire que, dans la doctrine américaine, le Sherman n’avait pas été pensé comme un char « antichar » (ce rôle revenant à des engins spécialisés, les « tank destroyers »), plutôt, à l’instar des chars cruisers britanniques, à exploiter les percées dans le front ennemi. Et s’il était toujours bon dans ce 2e point, de fait il devait faire face régulièrement à ses comparses de l’Axe, où il était dépassé. Face aux branlées qu’il se prend, on tente différentes améliorations. Pour qu’il puisse survivre plus longtemps, on ajoute toutes sortes de protection, notamment des sacs de sable, mais ça le ralentit pas mal. On l’équipe avec un nouveau canon de 76mm, meilleur en antichar, mais se révèlera toujours limité. Finalement, la meilleur idée viendra du Royaume Uni : ils vont adapter le Sherman avec leur excellent canon antichar de 17 livres, pour donner le Sherman Firefly. Il se trouvera être effectivement capable de vaincre tous les chars allemands à distance correcte ; mais le canon n’étant pas disponible en grandes quantités, seul un faible nombre sera converti. Malgré toutes les améliorations apportées, il n’arrivera jamais à rattraper l’écart avec ses opposants.
Les USA vont bien tenter de revenir dans la course, avec le M26 « Pershing » (nommé d’après le commandant des troupes US en France de la 1ere guerre mondiale, dont on a parlé tout au début), mieux armé et protégé. Mais il arrivera assez tard, et ne participera que peu aux combats.

Le M26 « Pershing », qui a très peu connu la guerre

Donc, nos amis américains n’ont pas vraiment produit de chars performants. Le principal, le Sherman, étant un char plutôt bon au début, et plutôt médiocre à la fin.
Et pourtant … c’est un contributeur important à la victoire alliée. Car comme on l’a dit, il va être produit en quantités colossales. Tant et si bien que, non seulement il va équiper des divisions blindées US quasi inexistantes en 1940, mais également de nombreux pays alliés, dont le Royaume Uni (où il va devenir le char majoritaire), la France (la 2e DB du général Leclerc en est largement équipée), la Pologne, et bien d’autres … Même l’URSS, par le biais de livraisons d’armes, va en recevoir. S’il n’est pas excellent pour combattre ses comparses, il est versatile, et s’adapte à toutes sortes de situations de combat. Et du coup, pour combattre les Panzer Divisionen ? Les Alliés vont trouver des expédients : artillerie antichar, et surtout aviation d’assaut.
Dans ce cas ci, on voit donc que le choix de la quantité l’a emporté sur la qualité, à partir du moment où on a su s’adapter à différentes situations tactiques. Et sur le front de l’Est, l’équation sera t elle la même ? Nous le verrons et nous conclurons cette thématique dans le prochain article, ou nous referons le match mécanique du 20e siècle : chars allemands vs chars soviétiques.

Pour en apprendre plus :

https://fr.wikipedia.org/wiki/M1_Combat_Car
https://fr.wikipedia.org/wiki/M2_Medium_Tank
https://fr.wikipedia.org/wiki/M3_Lee/Grant
https://fr.wikipedia.org/wiki/M4_Sherman
https://fr.wikipedia.org/wiki/Char_M26_Pershing

Source des images : Wikipédia

Une réflexion sur « Les chars allemands étaient ils les meilleurs de la 2e guerre mondiale ? – 4e partie »

  1. le Panzer V est le Tigre: une plaie pour ses mécaniciens, un monstre au combat d’embuscade.
    Le Panzer VI est le remplaçant du Panzer III, le Panther. Oui, les Allemands vont remplacer un char de 10 à 15 tonnes par un char 45 tonnes.
    j’en dis pas plus ici, ça ira avec le dernier chapitre.
    Les Américains restent en veille technologique pendant l’entre-deux guerre mais les initiatives privées fleurissent. Elle connaîtront un désintérêt manifeste, aussi c’est vers l’export que Walter Christies fera recette, avec sa suspension du même nom, et des roues qui peuvent se passer de chenilles pour bouffer du kilomètre, ou affronter les vastes plaines Russes une fois équipée de tuiles articulées.
    Quand le conflit entraîne les américains, ils se dépêchent de téléphoner aux ingénieurs Français qui ont réussi à fuir. Ils déconseillent l’adoption du canon en caisse mais en l’état… le plus important et de boucher les pertes. Se sera donc le Lee, dont le chassis, bas de caisse et moteur seront utilisé par le Sherman, qui a une tourelle, et un canon gyrostabilisé.
    Le combat anti char sera dévolu à des chassis spéciaux avec un canon de 90 mm, les M 10 et M36. Mais leur tourelle ouverte les laisse vulnérable aux troupes antichars adverses et dans un terrain encaissé comme la Normandie, la découverte est funeste.
    Au même titre que les chars américains nont pas connu la fameuse Rasputitsa, et leur performance en terrain gras sont basses.
    Aussi en Normandie, des rapports dénonceront le fait que les Allemands ont des chars de 65 tones plus agiles que les petits Shermans légers.
    Un nouveau train de roulement remettra le Sherman à niveau mais l’expérience Normande laissera des traces: c’est couverts de madriers, de sacs de sables et d’IPN que les Sherman arriveront dans l’est de la France.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.