Les chars allemands étaient ils les meilleurs de la 2e guerre mondiale ? – 5e partie

Même les meilleures choses ont une fin : aujourd’hui, dernière partie sur notre thématique « les chars allemands de la 2e guerre mondiale étaient ils les meilleurs ? » Et nous allons opposer les deux principaux belligérants du front de l’Est – Allemands et Soviétiques -, où l’usage du char fut le plus intense et déterminant que n’importe quel autre front.

Comme pour les autres pays, voyons un peu l’histoire du char en URSS. Si la France a livré à l’armée russe des chars, notamment des Renault FT, ceux ci arrivent trop tard pour jouer un rôle significatif. Et le traité de Brest Litovsk de Mars 1918 retire définitivement la Mère Patrie du conflit. Cela dit, le pays ne connut pas la paix pour autant, avec le démarrage quasi simultané de la guerre civile. Comme toutes les guerres civiles, elle se caractérise par une absence de front continu, mais plutôt une multitude de positions éparpillées, tenues par un camp ou l’autre, et des espaces intermédiaires que personne ne domine totalement. Avant la Grande Guerre, le pays était en cours de modernisation, en retard sur l’Europe occidentale, et le chaos du conflit puis de la révolution n’a pas arrangé la chose. La guerre civile aura lieu avec des moyens souvent archaïques, dans un territoire incroyablement vaste, avec des moyens de transport faibles. Dans cette situation un peu particulière, un type d’unité va montrer son potentiel : la cavalerie. En effet, elle possède une bonne mobilité tactique et stratégique, ce qui lui permet d’être là où ça chauffe ; et comme dans un pays très paysan comme la Russie de l’époque, il est plus facile de trouver du fourrage que de l’essence, le ravitaillement peut se faire localement. Même si l’importance de la « cavalerie rouge » a été exagérée après coup, à des fins de propagande (c’était la revanche du paysan sur le noble, avec l’emblème de ce dernier – le cheval), son rôle ne peut être nié dans la victoire bolchévique, et notamment la 1ere armée de cavalerie de Boudienny.

Après la fin de ce bazar (et même avant, vu que les troubles vont continuer pendant quelques années), dans les années 1920, on commence à se poser des questions du côté des soviétiques. Car on a peur que les impérialistes viennent mettre fin à ce havre pour les travailleurs qu’est l’URSS (arrêtez de rire : à l’époque des dirigeants comme Lénine y croyaient dur comme fer). Et comment va t on faire pour se défendre, avec un pays encore largement en retard sur l’Occident capitaliste ? On repense au rôle de la cavalerie durant le conflit civil, et un homme se dit que tiens, si on remplaçait les canassons par des camions et des chars, ça pourrait être pas mal non ? Cet homme est un militaire, du nom Mikhaïl Nikolaïevitch Toukhatchevski. Né dans une bonne famille de l’ancienne Russie, il s’engage dans l’armée, est fait prisonnier durant la 1ere guerre mondiale (il va partager la cellule d’un jeune capitaine français, Charles de Gaulle – oui, c’est bien le même auquel vous pensez ; le monde est petit !). Ensuite il a rallié les forces bolchéviques, où il gagne rapidement du galon, jusqu’à commander de grandes armées durant la guerre civile et la guerre soviéto polonaise. Son génie militaire est reconnu par tous. Or, il ne reste pas sur ses acquis, et constate qu’à l’Ouest, du nouveau : certains théoriciens travaillent sur les futurs formes des combats à venir, notamment son ancien co détenu De Gaulle.
Il va de son côté, développer une variante locale : le concept « d’opérations en profondeur ». Cela consiste à faire rompre le front ennemi en un endroit, à grand coups d’artillerie et d’infanterie, puis d’envoyer dans la brèche des unités très mobiles, constituées de fantassins sur camions et de chars rapides, qui pourront alors s’en prendre aux arrières de l’ennemi – dépôts logistiques, moyens de communication/transports, centres de commandement – afin de désorganiser tout le front, provoquer l’effondrement puis le recul de celui ci. Bref, c’est quasiment une « Blitzkrieg » qui sent le Bortsch, avec la différence que le but n’est pas l’encerclement mais la désorganisation. Pour l’époque, c’est quasi novateur, seuls les Anglais, et un peu les Français, sont aussi avancés en termes de doctrine. Devenu maréchal, il va créer dès le début des années 1930 des « corps mécanisés », de grandes formations de chars soutenus par de l’infanterie motorisée, préfigurant ce qui allait se faire partout ailleurs durant la guerre à venir.

Mikhaïl Nikolaïevitch Toukhatchevski, théoricien de l’opération en profondeur

La doctrine, c’est bon. Avec le matériel ce serait mieux. Sauf que la Russie et les autres territoires qui vont former l’URSS sont encore largement ruraux, pour ne pas dire arriérés, et en tout cas sous industrialisés. Les plans quinquennaux du père Staline vont permettre au pays de se doter d’une industrie lourde conséquente, en temps record, et au prix de seulement quelques millions de morts (une paille). Les usines seront bientôt prêtes à cracher du tank à haute cadence.
Mais pour concevoir le matériel, cela prend un peu plus de temps, car il faut former tout une génération d’ingénieurs et techniciens. Donc en attendant, on utilise la bonne vieille technique de l’informatique : le copier coller. L’URSS achète des licences et brevets un peu partout dans le monde : suspensions Christie aux US, moteurs allemands ou français, ou même « variantes » du Renault FT ou du Vickers 6-Ton. Nous avions parlé de l’école des chars, ouvert par les Allemands au cœur même du territoire soviétique : une autre occasion d’étudier ce qui se fait ailleurs.
Cela donne tout d’abord la série des BT, pour « Bystrokhodny Tank » – soit littéralement « tank véloce ». Rappelons toujours, « tank » signifiant réservoir, voir des conteneurs de liquides se déplacer à vive allure aurait pu être cocasse. Il s’agit de chars légers qui, comme leur nom l’indique, sont conçus pour être rapides. En même temps est développé le T-26, autre char léger, aux performances plus qu’honorables. Ils vont être construits en milliers d’exemplaires sur la décennie 1930, ce qui permettra à l’armée soviétique de disposer de stocks considérables, en partant de rien ou presque (alors qu’au même moment, les démocraties de l’Ouest ont fortement réduit leurs dépenses militaires).

Char BT5
Le T26

Mais si la quantité est là, qu’en est il de la qualité ? Plusieurs occasions de les tester vont se présenter, notamment la guerre d’Espagne. L’URSS soutient massivement (du moins au début) les Républicains, envoyant notamment chars et équipages. Le Reich faisant de même pour les nationalistes, c’est donc un affrontement par procuration que se livrent les deux futurs belligérants. Pour rappel, à ce moment le principal char allemand est le Pz I, armé de deux mitrailleuses ; face au canon de 40 mm du T-26, autant dire que le match est vite plié. Tant et si bien que rapidement, les troupes de Franco vont utiliser prioritairement les T-26 volés à l’ennemi : je crois que là, tout est dit. Cependant, les tanks russes ont quand même un défaut : un blindage très léger. Les armes antichar (et même certaines mitrailleuses lourdes) arrivent à les vaincre sans trop de problème.

On le voit, malgré une situation initiale pas très favorable, les soviétiques ont réussi à constituer une arme blindée efficace. Un gros handicap va venir cependant les freiner, voire les faire régresser : Staline. Celui ci lance en effet les Grandes Purges, qui consiste peu ou prou à tuer ou emprisonner tout ce qui pourrait s’opposer à lui, que cela soit vrai ou non. Et dans la liste des cibles : le maréchal Toukhatchevski, qui en 1920 a eu le tort de dire du mal de Staline (voire de sa maman). Celui ci, un poil rancunier mais patient, a attendu le bon moment pour le faire fusiller. En quelques mois, toute l’expérience accumulée par les corps mécanisés est perdu, alors que des milliers d’officiers sont assassinés.
Du coup, quand l’armée rouge se lance dans la guerre d’hiver contre la Finlande, c’est un peu la branloute (mélange entre « branlée » et « déroute »). Les chars, essentiellement des modèles légers, mal utilisés, se font exploser. Comme de surcroit, Toukhatchevski n’est toujours pas en bonne grâce (en plus d’être mort), on décide de dissoudre purement et simplement les corps mécanisés. Si les chars sont toujours là, ils sont désormais affectés à l’infanterie. On vient de perdre 20 années de travail.
Bon, par contre, quand on voit ce que les Allemands font avec leurs chars en France, on se dit que finalement … c’était peut être pas une si mauvaise idée. Les corps mécanisés seront progressivement reformés, jusqu’à atteindre une trentaine en Juin 1941. L’organisation de ces dernier a souffert de ce petit jeu de oui, on les crée, puis non on les dissout, ah finalement on a encore changé d’avis. Si bien qu’au début de l’invasion, ils ne seront globalement pas prêts.

Par contre, les ingénieurs eux ont fait leurs devoirs à la maison, et ont planché sur de nouveaux modèles. Pour les 2 plus connus (et que nous allons étudier) : le T-34 et le KV-1. Pour le T-34, nous avons affaire à un char moyen. Cela dit, ses concepteurs ont réussi à créer un monstre par rapport à ce qui pouvait se faire dans la catégorie. Il a un armement puissant, avec un canon de 76mm très puissant (autant en antichar que anti infanterie). Son blindage n’est pas très épais, mais comme pour le S-35 français, il est incliné : ce qui le rend plus résistant. Enfin il est assez rapide pour sa catégorie. Les soviétiques ont il trouvé le meilleur compromis entre les 3 facteurs d’un char ? Quant au KV-1, il s’agit d’un char lourd, tout aussi bien armé mais bien mieux protégé, quoique plus lent.
La production de ces nouveaux modèles commence en 1940, si bien qu’au début de l’opération Barbarossa, la Wehrmacht affronte surtout les modèles légers + anciens, comme les BT et T-26. Ceux ci sont disponibles en grand nombre, et sont employés lors de gigantesques contre attaques. Elles vont permettre de ralentir l’offensive allemande, au prix de pertes colossales. Tout est bon pour gagner du temps. Et puis, un beau jour, les tankistes allemands tombent sur un os de 30 tonnes d’acier : le T-34. Non seulement celui ci se révèle très dur à détruire, mais par contre, lui n’a pas de mal à faire péter tous les chars disponibles ; si bien que c’est un peu la panique. Encore pire : le KV-1 est pratiquement indestructible.

Une colonne de T-34, LE char le plus produit de la guerre
Le KV-1, longtemps cauchemar des tankistes allemands

Et pourtant, les militaires allemands ont réussi à surmonter ces obstacles. Comment ? Déjà, car, comme je l’ai dit, les unités blindées en face étaient encore désorganisées, et peu expérimentées. Au contraire, les troupes germaniques sortaient de presque 2 ans de conflits, étaient aguerries, et surtout très adaptables : elles ont improvisé des solutions pour s’en sortir. Mais de plus, les chars russes n’étaient pas exempts de défauts, même si sur le papier ils apparaissaient imbattables. C’était des chars récents, qui n’avaient pas été bien testés, et du coup ils étaient peu fiables. Lors des contre offensives, un nombre important de chars sont tout simplement tombés en panne (durant une bataille, c’est rarement une bonne idée). Et comme pour les chars français : ils n’étaient que peu équipés en radio (généralement, que le char du chef de peloton). Cela limitait beaucoup leur emploi tactique : souvent, on faisait un gros tas, et quand le char du chef avançait, on fonçait sans réfléchir. On a bien essayé un truc avec des drapeaux, que le chef devait agiter pour donner des ordres complexes. Si vous avez vu Kaamelot, vous savez que c’est une idée pourrie ; si on considère qu’on le fait sur un champ de bataille, avec des tirs dans tous les sens, et qu’en sortant le haut du corps vous devenez une cible de choix pour les tireurs d’élite, on comprend que l’idée ait été abandonnée.

Il n’empêche : le fait que des soit disant « sous hommes », communistes de surcroit, arrivent à faire de meilleurs chars que nos grands blonds aux yeux bleus, ne passe pas très bien. Hitler pique une crise, se roule par terre, et exige que le Reich produise les meilleurs chars du monde. Cela commence par l’amélioration des modèles existants, Pz III et IV, qui parviennent presque à rivaliser avec le T-34. De même, arrive en 1942 le premier char lourd allemand, le Panzerkampfwagen VI, plus connu sous le nom de Tigre ; et il montre rapidement de grandes qualités, en étant capable de dominer tous les adversaires qui s’opposent à lui. Il est cependant cher, compliqué à produire et à entretenir, donc rare.
Malgré tout, cela ne suffit pas à satisfaire le petit moustachu. Même si, en 1942, l’Axe a encore l’avantage dans le conflit, l’URSS ne s’est pas effondrée comme prévu, et l’entrée des Etats Unis dans les belligérants promet une longue guerre d’usure. Or, l’Allemagne sait qu’à ce petit jeu, elle risque de perdre, car elle finira immanquablement en sous effectifs. A défaut de quantité, on décide de miser sur la qualité : il faut produire des chars encore plus meilleurs de la mort qui tue.

Un Pz III, celui là au musée de Saumur
Un Pz IV modèle H, donc modèle assez avancé et bien amélioré, notamment avec canon long de 75 mm, et protections supplémentaires sur les roulements de chenilles
Le Pz VI, plus connu sous le nom « Tigre », sans doute le char lourd emblématique de l’Allemagne (mais pas le plus puissant)

Cela va donner l’arrivée en 1943 du Panzer V, dénommé « Panther ». Classé comme char moyen, il est cependant proche en terme de poids d’un modèle lourd. Très bien armé, protégé (il possède notamment un blindage incliné, idée volée aux soviétiques), et plutôt rapide même s’il souffre d’une autonomie plus faible que ses prédécesseurs. Il est considéré par beaucoup comme le meilleur char de sa catégorie de la 2e guerre mondiale. Et pourtant, lors de sa première sortie en masse, lors de la célèbre bataille de Koursk, son action sera décevante, pour les mêmes raisons que les T-34 en 1941 : défauts de jeunesse qui provoquent des pannes, et mauvaise formation des équipages.
Autre modèle développé à cette période, le Tigre Royal -Königstiger dans la langue de Rammstein- (ou Tigre II), conçu pour défoncer tout ce qui pourrait se mettre en travers de son chemin. Blindage incliné allant jusqu’à 150 mm d’épaisseur (pour comparaison, le T-34 c’est entre 40 et 75 mm), canon de 88mm qui a prouvé qu’il pouvait détruire tous les chars possibles, seule la motorisation est à la traîne, le char ne pouvant aller qu’à 17 km/h en tout terrain. Les deux chars évoqués, Panther et Königstiger, vont prouver qu’ils sont supérieurs à tous ceux des ennemis du Reich, aussi bien à l’Ouest qu’à l’Est.

Le Pz V, dit Panther, qui inversera le rapport de terreur des tankistes
Le Tigre Royal, parce qu’Hilter trouvait que le précédent n’était pas assez bourrin

Et comment réagit le commandement soviétique face à cette débauche de puissance ? Il va certes tirer les leçons des combats, mais sans entrer dans la surenchère. Lors de la bataille de Koursk, le T-34 est le char principal de l’armée rouge, présent en milliers d’exemplaires. S’il était redoutable en 1941, il est en revanche dépassé à ce moment là : son canon ne permet plus de détruire les chars allemands qu’à courte portée, alors qu’à l’inverse, eux peuvent le détruire jusqu’à 1 à 2 km de distance. Plutôt que de développer un nouveau char (c’est long), on décide de prendre le T-34 et de l’améliorer. L’autre avantage est qu’au niveau de la production, cela désorganisera moins les usines, qui pourront le produire + vite de façon optimale. La principale amélioration est le changement du canon, par un de 85 mm, apte à percer le blindage des chars ennemis à distance convenable. La tourelle est agrandie pour cela, et cela permet d’y caser enfin une radio et un membre d’équipage supplémentaire. Il est également un peu mieux blindé, mais à peine, ce qui fait qu’il reste presque aussi rapide.
Malgré tout, le T34-85 reste inférieur, en cas de duel, au Panther. Pourtant, le choix soviétique s’avéra bon : là où le Panther fut compliqué à produire, le T34 (toutes versions confondues) fut produit à une cadence infernale, devenant le char le + produit du conflit, avec 60 000 exemplaires ! (contre environ 6 000 pour le Panther) Et même si en combat, les pertes étaient supérieures, les stratèges soviétiques pouvaient saturer le théâtre d’opérations avec de nombreuses unités blindées, ce qui leur donnait les capacités de manœuvre nécessaires pour enfin mettre en pratique la stratégie des opérations en profondeur. Si je vous parle de l’opération Bagration, cela ne va sans doute pas parler à grand monde, alors je ne vais pas creuser beaucoup plus (pour l’instant …) ; sachez juste que, grâce à la supériorité numérique en chars, l’armée rouge va, entre fin Juin et fin Aout 1944, progresser de 600 km, libérer toute la Biélorussie, une partie de la Pologne, tout en pulvérisant au passage tout un groupe d’armées allemand. A peu près aussi bien que ce que la Wehrmacht avait fait à l’aller, en 1941.

A noter qu’en Allemagne, au moins une voix s’était élevée contre ce choix : le grand théoricien des blindés Guderian, qui avait préconisé de garder le Pz IV (quitte à l’améliorer), disposant ainsi d’un char fiable et polyvalent en grande quantité, plutôt que de miser sur un char certes plus puissant, mais moins autonome et plus couteux. De par son insistance il parvint à maintenir une production de Panzer IV, même si réduite au profit du nouveau char.

Parlons rapidement de la réponse soviétique au Tigre II allemand : le IS-2 (pour Iosef Staline – tant qu’à créer un gros char, autant donner le nom du patron). Char lourd soviétique, très bien protégé (90 à 160 mm d’épaisseur, incliné bien sûr). Dans le domaine de qui qu’a le plus gros, là on a un beau concurrent, avec un canon de 122 mm. Pour tout dire, c’est plus que les chars de combat modernes. Cela dit, la taille ne fait pas tout, surtout en antichar : il faut comprendre que la force d’un projectile ne dépend pas que de son poids, mais aussi de sa vitesse. Le 88 mm allemand a certes un calibre + petit, mais le tube particulièrement long permet des vitesses d’obus très élevées, environ 1 000m/s. Les obus de 122 mm sont sensiblement moins rapides (environ 800m/s). Cependant, les obus étaient tellement lourds que même si le char n’était pas détruit, l’onde de choc assommait le pauvre équipage (et dormir en combat n’est pas une idée heureuse …). La vraie différence entre les deux chars tenait surtout d’un petit élément tout bête : les optiques de visée. Car avec un char, on ne tire pas au jugé, « t’inquiète Raoul je gère, je vais bien finir par l’avoir ». Là dessus, les optiques allemandes étaient bien meilleures, si bien qu’un Tigre Royal pouvait espérer coller un gros pruneau à 1 km au premier coup, tandis qu’un gros Staline devait souvent faire 2 ou 3 essais (et entretemps, rencontrait des problèmes).

Côte à côte, un IS-2 (premier plan), et un IS-3, juste derrière

Il est temps de conclure cette décidément trop longue réponse, à la question qu’on rappelle : les chars allemands de la 2e GM, étaient ils les meilleurs ?
On voit donc que :

  • au début, face à la France, leur matériel est sur le papier à la ramasse ; pourtant, grâce à la radio, et surtout à une utilisation intelligente, ils ont obtenu une victoire éclair
  • puis, face à l’URSS, ils sont de nouveau surclassés ; ce qui ne les empêche pas de gagner de nombreuses batailles, haut la main
  • traumatisés par la qualité du matériel d’en face, ils se lancent dans une course au meilleur char possible ; le résultat est qu’ils aboutissent à produire quelques uns des meilleurs chars du monde, notamment le Panther et le Königstiger
  • les USA et l’URSS font le choix inverse : des chars polyvalents et faciles à produire, peut être moins performants mais au moins disponibles en quantités colossales ; on sait qui a fini par gagner (même si les chars ne sont pas le seul élément à prendre en compte)
    La 2e option va s’avérer plus pertinente. Car si la qualité d’un char repose bien sur ses 3 composantes -vitesse, puissance de feu, blindage- il faut bien voir que ce n’est qu’une arme parmi d’autres. La bonne utilisation de cette arme, en coordination avec les autres, sera le meilleur garant de son efficacité. Et pour cela, il faut adapter le char à l’usage que l’on souhaite en faire. Si au début, les « médiocres » chars allemands étaient bien adaptés à la Blitzkrieg (d’où les succès de ces derniers), la conception de chars ultimes en antichar les poussa dans une impasse, où il s’avérèrent excellents, mais limités à ça. Alors que les alliés avaient appris de leurs erreurs, disposaient de doctrines d’emploi intelligentes, avec un matériel adapté à cela.
    Comme quoi, rien n’est jamais simple quand il s’agit de s’entretuer.

Pour en apprendre plus :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Mikha%C3%AFl_Toukhatchevski
https://fr.wikipedia.org/wiki/Op%C3%A9rations_en_profondeur
https://fr.wikipedia.org/wiki/BT_(char)
https://fr.wikipedia.org/wiki/T-26_(char)
https://fr.wikipedia.org/wiki/T-34
https://fr.wikipedia.org/wiki/KV-1
https://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph_Staline_(char)
https://fr.wikipedia.org/wiki/Panzerkampfwagen_III
https://fr.wikipedia.org/wiki/Panzerkampfwagen_IV
https://fr.wikipedia.org/wiki/Panzerkampfwagen_V_Panther
https://fr.wikipedia.org/wiki/Panzerkampfwagen_VI_Tiger
https://fr.wikipedia.org/wiki/Panzerkampfwagen_VI_Tiger_II

Source des images : Wikipédia

3 réflexions sur « Les chars allemands étaient ils les meilleurs de la 2e guerre mondiale ? – 5e partie »

  1. Oups! effectivement, c’est le bon ordre entre le Panzer V Panther et le IV Tigre.
    Notons pour conclure que le Panther sortira après le tigre après un rapport incendiaire sur les lacunes du Panzer IV.
    18 mois plus tard, le premier Panther sortait d’usine et vadrouillait dans les plaines. Guderian ne voulait pas de ce char, dont on lui avait promis qu’on pourrait le fabriquer aisément. Dans les faits, les usines produiront plus de Panther que tout autre Panzer, et le pire, pour un coût inférieur au Panzer IV bien plus léger. Mais la méthodolie Allemande ne supporte pas l’à peu près. Aussi le niveau de finition/confort du char est remarquable, au point que le seul char occidental équivalent sera le Centurion britannique et son excellent moteur Meteor (made in Rolls-Royce). Mais bref.
    Tout aussi volumineuse que leurs chars, ce sont les avions Sturmovik d’attaque au sol qui feront le ménage, à grand coup de canons puis de roquettes « orgue de Staline ».
    Car les Russes ont bien compris dès le début un truc qui fera défaut aux Allemands: la standardisation.
    Dans les faits, les avions Allemands sont en sous-nombre alors on les rends polyvalents avec des packs d’usines pour attaquer les chars ou défoncer des bombardiers. Mais au sol, il faudra attendre le Tigre II pour avoir un semblant de commun alité de pièces avec le Panther. Et le moteur à beau être excellent, il est prévu pour un char de la classe des T 34 et Sherman. Un Panther pèse 10 tonnes de plus. un Tigre II 30.
    Alors la mobilité est obtenue avec un boite de vitesse avec plein de rapports, assez complexes d’entretien et fragile. D’où les pannes.
    c’était une lecture fluide et agréable. Alors merci et bravo.

    1. Et merci pour vos commentaires, qui m’ont appris quelques trucs.
      Je ne peux pas parler de tout dans mes articles (déjà qu’ils sont longs), et je suis loin de tout savoir, donc l’espace commentaires est grand ouvert pour ces ajouts.
      Je dois cependant valider les commentaires à la main (étant harcelés de personnes désireuses de vendre des médicaments ou autres), donc ne vous inquiétez pas si parfois, ça prend un peu de temps …

      1. Merci pour votre travail.
        Un passionné pourra toujours aller pinailler dans les détails, et même se tromper comme je l’ai fait entre les numéros de panzerkampfwagen… honte à moi.
        il en restera que vos propos sont forts digestes.
        Pour ma part, je tiens à souligner que les recherches françaises dans le domaines des chars se heurtera à la volonté des allés Anglo-Saxons à restreindre la course aux armements dans tous les domaines, sauf aérien.
        Les Français devront donc se battre pour sauver le B1 bis, sauver le sous-marin Surcouf, ne pas se laisser distancer par l’ennemi Italien sur les mers pendant tout l’entre deux guerre.
        Et une fois la débâcle, « l’étrange défaite » inéluctable, les idées Française iront aux alliés tandis que les Allemands feront main basse sur les technologies les plus prometteuse. Et le Schnorkel sera leur meilleure prise.
        Les Français eux militerons pour la tourelle avec canon lourd, diffuseront leurs obus avec gerbe de couleur pour le réglage des tirs des unités navales, et verrons leur flotte coulée à Mers-El-Kébir parce que les Américains voulait des preuves de la par des Britanniques, et que Churchill mettra un sale con d’amiral sur le coup.
        Au niveau des chars, les Américain auront des échanges très instructifs. Les Britanniques reprendront le schéma du B1 bis sur le Churchill, qui commencera avec un gros canon court en caisse, et des petit en tourelle, avant que la tendance ne s’inverse avec le gros canon en tourelle, enfin.
        Les Russes mettrons la main sur la prototype d’un char Renault très prometteur, avec tourelle circulaire très aplatie pourvue d’une gros canon, et chenilles sous blindage intégral. Tout comme le moteur du Dewoitine 520 se retrouvera sous le blindage des T 34, qui ont de grosses similitudes avec le char Renault sus-cité.
        .
        Alors voilà, au plaisir de vous lire.
        Comment? tout plan déposé à l’INPI pouvait être dupliqué pour 5 francs de l’époque…

Répondre à E-Faystos Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.