L’attaque d’Aruba

Ou quand un des meilleurs sous marins allemands merde à cause du stress

La bataille de l’Atlantique, vous connaissez tous ? C’est quand les petits sous marins allemands allaient coller des torpilles farceuses dans des cargos à destination du Royaume Uni. Et que celle ci, pour se venger, jouait à la pêche à la grenade sous marine, en espérant voir un U-Boot remonter à la surface, ventre à l’air (ou plutôt, couler au fond de l’Océan). Et souvent, on pense que ça a commencé par des centaines de sous marins allemands qui traquaient sans pitié des navires de commerce désemparés ; puis les Alliés ont peu à peu repris le dessus, jusqu’à couler tous les sous marins nazis. Alors qu’en fait non : ce fut un poil plus complexe que ça.

Lorsque la guerre commence, la Kriegsmarine n’a qu’un nombre réduit de sous marins pouvant assurer des missions de guerre sous marine (57, alors que l’amiral Dönitz – le patron des sous marins – en voudrait 300). Bon gré mal gré, ils font le travail. Du côté Alliés, on se souvient encore de la première guerre mondiale, et on les redoute. On prend donc des mesures, comme la navigation en convois. Puis, en Juin 1940, la marine allemande reçoit un cadeau surprise : la côte Atlantique française, qui lui donne plein de nouveaux ports d’attache. C’est la première période dite des « temps heureux », les sous mariniers coulant à tour de bras des navires marchands et subissant peu de pertes. Les Britanniques ne se laissent pas décourager et, têtus comme ils sont (en même temps, c’est le pays ayant produit le yorkshire), trouvent de nouveaux moyens de couler ces importuns : ASDIC, Huff/duff, hérissons et pieuvres (ce sont des armes sous marines, hein ? pas des pokémons militarisés), … Et de surcroit, les Etats unis, bien qu’officiellement neutres, leur ont refilé un stock de vieux destroyers qui sont bien utiles pour escorter les convois. Si les allemands coulent toujours autant de tonnage allié, leurs pertes augmentent sensiblement.

Petit hors sujet : c’est durant cette période que se déroule le film « Das Boot ». A voir absolument si votre rêve c’est de voir plusieurs dizaines d’hommes barbus couverts de sueur et de cambouis, enfermés plusieurs mois dans un objet long et étroit. A voir également si vous souhaitez juste un excellent film de sous marin …

Cette phase où aucun des deux camps ne parvint à se départager se termine avec … l’entrée en guerre des Etats Unis. L’US Navy se joint alors à la fête, avec la plus grande flotte du monde (malgré les pertes de Pearl Harbor), et une excellente expérience navale. Et pourtant : s’ouvre la 2e période des « temps heureux » pour les Allemands.
Comment cela se fait il ? Au début du conflit, les Allemands ne « chassent » les navires à destination du Royaume Uni qu’au milieu des océans, ou près des côtes anglaises. Hitler ne veut en effet pas provoquer les USA, et les U-Boot ont interdiction de s’approcher de trop près des côtes américaines. Vu que la guerre éclate quand même, la restriction est levée. Or, Dönitz se rend compte que les US n’ont pas mis en place de convois escortés comme l’ont fait les Anglais. Ceux ci ont beau prévenir l’oncle Sam (« nan mais sérieux, il va arriver des bricoles à tes navires là »), ils se disent que non, ça risque rien, ils pourront JAMAIS venir jusque là (c’est pas comme si on faisait la même aux Japonais dans un océan 2 fois plus grand).
Et là, grosse surprise : les Allemands arrivent jusque sur les côtes US, et font un carton. Ils ont d’ailleurs appelé cette période la « saison de chasse américaine ». Ils vont battre des records de tonnage coulé, avec presque aucune perte. Bon, les Américains ont compris : ils mettent au bout de quelques mois des convois en place, du coup les sous marins, vexés, partent ailleurs, et notamment dans les Caraïbes.
Pourquoi les Caraïbes ? Non : pas parce que c’est une zone traditionnelle pour la piraterie. Mais à l’époque, le plus gros producteur de pétrole au monde sont … les USA. Et les Caraïbes sont une grosse zone de transit pour le pétrole, et de nombreuses raffineries s’y trouvent.

Et c’est là que notre h(z)éros du jour va entrer en jeu. Il s’agit de Werner Hartenstein, capitaine de sous marin, et commandant du U-156. C’est un excellent commandant, qui a déjà torpillé de nombreux navires, et son équipage est expérimenté.

On leur a confié une mission spéciale : plutôt que de s’emmerder à couler les pétroliers, pourquoi pas directement détruire les raffineries ? On les envoie donc attaquer l’île d’Aruba, qui abrite l’une des plus grandes raffineries du monde. On les a équipés avec un canon + gros que d’habitude (à l’époque, les sous marin ont tous un canon, généralement de calibre moyen, ainsi que des canons anti aériens).
Tout se déroule bien. Le navire approche de la cible. Alors qu’il arrive à portée, il remarque des pétroliers à proximité, qui quittent le port. Là, l’instinct du sous marinier fait surface : il torpille les 2 navires. Et c’est là qu’il se rend compte de la boulette : les navires prennent feu, ce qui fait un gros nuage de fumée … et lui masque la raffinerie, sa cible principale. Pas grave se dit il : on va tirer au jugé. Les artilleurs pointent le canon, chargent, font feu et … le canon explose.
Que s’est il passé ? En plongée, les canons sont protégés avec des « bouchons » qui obstruent le trou de sortie, afin d’éviter que l’eau n’entre dedans.. Bien entendu, avant de tirer, il faut les enlever. Sauf que dans la panique, ils ont oublié, et l’obus a explosé dans le canon. Bien sûr, celui ci est désormais inutilisable. Werner ordonne alors quelques tirs au canon antiaérien, qui fera quelques dégâts mais rien de sérieux. Dépité, il se replie : il vient de rater la chance de sa vie. L’opération ne sera jamais renouvelé (les mesures de défense ayant été prises entretemps).

La morale est que, même quand on est un excellent commandant, avec un équipage discipliné et expérimenté, on peut faire de la merde sous l’effet de la PANIQUE !

Pour aller + loin :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Attaque_d%27Aruba
https://fr.wikipedia.org/wiki/Werner_Hartenstein
https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_des_Cara%C3%AFbes
https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_l’Atlantique_(1939-1945) (ça c’est si vous avez plusieurs heures devant vous ^^)
L’excellente série de documentaires « Les grandes batailles », épisode « La Bataille de l’Atlantique »

Source des images : Wikipédia


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *