Les chars allemands étaient ils les meilleurs de la 2e guerre mondiale ? – 1ere partie

Nous allons partir sur un sujet, qui va sans doute nous tenir plusieurs articles, tellement il est long et complexe … Et pourtant, la question de base est simple : les Allemands avaient ils les meilleurs chars de la 2e guerre mondiale ? D’emblée, l’inconscient collectif fera dire que « oui, du début à la fin de la guerre, les Panzers étaient les meilleurs chars de leur époque ». Préjugé en grande partie colporté par les douloureuses défaites qu’ont fait subir les divisions blindées de la Wehrmacht à certaines des plus puissantes armées du moment. Mais la réalité est nettement plus complexe : qu’est ce qu’un « meilleur char » ? Sur quels critères se base t on ? La « deutsche Qualität » fut elle constante ? Explique t elle leurs réussites durant la 1ere moitié du conflit ? Penchons nous sur ces questions, ce qui va sans doute nécessiter plusieurs articles.

Et on va commencer notre enquête par une question : qu’est ce qu’un bon char ?
Oui, cela parait bête … et en fait non.

On juge généralement un char sur trois critères principaux :

  • sa puissance de feu : un char, ça porte un canon pour faire bobo ; plus il peut faire bobo, mieux c’est (enfin, pas pour l’ennemi, mais on s’en fout de son avis). On divise sa puissance de feu en deux catégories : antichar (pour casser les jouets d’en face), et anti infanterie (pour tuer les piétons). Au début du conflit, les deux sont plutôt antinomiques : les canons antichar ont besoin de projectiles rapides (donc plutôt légers), tandis que les obus anti infanterie sont d’autant plus efficaces qu’ils contiennent beaucoup d’explosifs (donc lourds) ; ce qui fait qu’un canon peut s’avérer très bon contre les chars, mais mauvais contre l’infanterie, et vice versa. Avec le temps, les belligérants vont s’efforcer de faire des canons « multifonctions », qui sont bons dans les 2 cas.
  • son blindage : le concept de char étant de pouvoir encaisser des coups sans mourir, le blindage est important.
  • sa mobilité : principal intérêt d’un char par rapport à un canon tout seul, c’est qu’il peut bouger plus facilement. La mobilité se juge non seulement par la vitesse et l’autonomie, mais également par la capacité à rouler sur tout type de sol (terre, sable, boue, supporteurs de foot, …), et à franchir des obstacles comme des fossés ou des pentes.

Dans la conception du char, ces trois qualités entrent en concurrence. En effet, si je veux mettre plus de blindage, je vais alourdir le char et donc il sera moins rapide. Si je mets un plus gros canon, je vais également l’alourdir, et en plus je vais devoir augmenter la taille de la tourelle (ou perdre du blindage). Bref, tout sera question de compromis. Selon ce que l’on privilégie, on va classer les chars en 3 catégories :

  • les chars légers : on privilégie la vitesse pour qu’ils puissent aller vite et loin ; le blindage est surtout destiné à protéger contre l’armement léger (tirs de fusils ou mitrailleuses), et la puissance de feu réduite
  • les chars lourds : là on veut un char bien protégé, bien armé, mais on s’en fout s’il est rapide (souvent, il est destiné à accompagner les fantassins pour les soutenir ; donc pas besoin d’aller + vite qu’eux)
  • les chars moyens : une sorte d’intermédiaire entre les deux ; on veut un char assez rapide, mais quand même résistant et bien armé, quoique moins qu’un char lourd ; historiquement, c’est le type de char à avoir émergé en dernier, alors qu’à la fin de la guerre, il était largement majoritaire

Un char léger français, le Hotchkiss H39

Un char moyen allemand, le Panzerkampfwagen IV Ausf F

Un char lourd soviétique, le Ioseph Staline 3

Bien entendu, c’est un classement grossier, et plusieurs pays avaient leurs propres classements (parfois pas pertinents du tout) : les Anglais parlaient par ex. de « cruisers tanks » (petits chars rapides) et de « infantry tanks » (chars lours de soutien de l’infanterie) ; les Russes de chars de rupture (gros chars solides dont le but était de percer le front) et chars d’exploitation (après les précédents, ils profitaient des trous dans la défense adverse pour foncer et aller le plus loin/vite possible).
De plus, il est évident que ces chars n’avaient pas le même emploi. Un char léger n’avait pas la moindre chance face à un char lourd ; mais ce dernier n’était pas adapté quand on voulait exploiter une percée (où le but est alors de prendre l’ennemi de vitesse).

Bon, là on a évoqué les qualités « tactiques » de notre engin, c’est à dire celles qui vont lui servir lorsqu’il combattra. Ainsi, si on prend deux chars, sur un grand terrain plat, avec des équipages aussi compétents, c’est celui qui aura le meilleur compromis puissance de feu/blindage/mobilité qui devrait l’emporter. Est ce tout pour juger de la valeur d’un char ? La réponse est … non (sinon je n’aurais pas posé la question).
Quand on conçoit un char, il va y avoir tout un tas d’autres critères, pas du tout tactiques, qui vont entrer en ligne de compte. Certains sont assez évidents :

  • le cout de fabrication : si j’ai le meilleur char du monde, capable de battre 5 chars de mon ennemi juré, mais que pour le même prix il peut en produire 10, j’ai pas fait le bon choix
  • la fiabilité : ou la probabilité de ne pas tomber en panne ; dis comme ça c’est con, mais si mon super char de la mort qui tue tombe en rade au bout de 10 km, il va pas me servir à grand chose
  • la facilité d’entretien : ça rejoint partiellement le point du dessus ; il faut comprendre qu’un char c’est très lourd, et ça va donc soumettre la mécanique à rude épreuve ; souvent, au bout de quelques centaines de kilomètres seulement, il faut faire de l’entretien ; or, y passer 2 heures ou 2 jours peut avoir une influence sur une bataille (si la moitié de vos chars sont en réparation, ils ne peuvent pas se battre, ce qui est con quand même pour une arme)

Et ce ne sont pas les seuls : consommation de carburant, mobilité stratégique, confort des équipages (on y reviendra dans un autre article), … sont autant de petits éléments qui peuvent faire la différence.
Alors, on sait mieux comment juger un char maintenant, et finalement, ce n’est pas si simple (et pas seulement une question de longueur de canon). Mais on n’a pas répondu à notre question : les chars allemands, ils étaient les meilleurs ?
Et bien nous verrons cela dans un prochain article : chars allemands vs chars français & britanniques.

Un char Tigre 1 allemand, après que Hans ait parié qu’il pouvait rouler sur une seule chenille

Pour en apprendre plus : attendez les articles suivants, petits kastors impatients !

Source des images : Wikipédia

3 réflexions sur « Les chars allemands étaient ils les meilleurs de la 2e guerre mondiale ? – 1ere partie »

  1. Merci beaucoup.
    Voilà un sujet ambitieux qui va devoir jouer sur le fil du rasoir pour présenter les multiples vérités qui manquent à nos livres d’histoires: l’énergie déployée dans les recherches et avancées techniques ne cessera jamais de modifier les qualités prétendues ou réelles des engins blindés.
    Bonne continuation.

    1. Comme vous le verrez dans les articles suivants, je m’attache à juger de la qualité d’un matériel par rapport à son efficacité sur le terrain. C’est l’approche que je choisis, même si elle est discutable. La meilleure arme du monde sur le papier ne vous servira à rien si votre doctrine d’emploi ou les conditions de conflit ne permettent pas d’exploiter son potentiel.

      1. Et il y a de quoi dire.
        L’exemple le plus emblématique reste le Panzer IV: 15 tonnes au début du conflit, il est considéré comme char lourd. Puis ce sera la déculottée en Russie, et un mur (réussie)vers un char de 25 tonnes. L’armement suivra avec un canon de 75 mm qui va passer de 15 calibres à plus, beaucoup plus.
        Je vais patienter. Cet série s’annonce passionnante.
        J’ai dévoré vos écrits précédents. Votre blog est exactement le type de sites que je recherche.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.