Charles V, le sage – partie 1

On va abandonner la période contemporaine et ses joyeusetés à base d’obus et de bombes dans la margoulette, pour remonter le temps et nous rendre à une époque où l’on s’entretuait, oui, mais c’était pas grave car on le faisait avec esprit chevaleresque (ou pas …).
Et on va parler plus précisément d’un roi badass (en tant que républicain, cela me coute de le dire, mais il faut savoir reconnaître un bon dirigeant quand on en voit un, fut ce t il roi). Il va hériter d’une situation merdique au possible, mais en alliant sagesse, habileté et patience, va réussir à sortir le royaume de France d’une de ses pires périodes. Et pourtant, qui se souvient de Charles V, dit le sage ? Réparons de suite cette injustice ! En 4 parties, car il va y en avoir des choses à raconter …

Le petit Charles commence bien sa vie, le 21 janvier 1338, puisqu’il est l’ainé de Jean le Bon, roi de France, ce qui lui assure de ne pas trop se prendre la tête pour sa future carrière professionnelle. En 1349, il reçoit en apanage le Dauphiné (c’est à dire qu’il s’en occupe jusqu’à ce qu’il accède au trône), région récemment achetée par la royauté. Il gère son domaine et acquiert ainsi une précieuse expérience ; s’il ne se révèle être ni un grand orateur, ni un farouche guerrier, il fait montre d’un sens aigu de la diplomatie ; ce qui lui sera plus qu’utile par la suite.

Pourtant, on ne peut pas dire que cela soit la joie dans le royaume de France. Nous sommes pour rappel en pleine guerre de Cent Ans. Régulièrement, les Anglais mènent des « chevauchées » sur le territoire, expéditions de pillage menées à cheval (d’où le nom – malin), que le roi de France a bien du mal à contrer. Crécy (1346) a jeté un fort discrédit sur la chevalerie française qui, malgré une supériorité numérique, s’est faite humilier par des archers. Sans oublier la peste qui ravage l’Europe, les mutations monétaires (ancêtre de la dévaluation) qui provoque des crises économiques … Bref, c’est la loose.


Mais attendez, ce n’est point fini ! La cerise sur le coprolithe, c’est que le roi est contesté dans son propre royaume. Il faut comprendre qu’à l’époque, nous ne sommes pas encore en monarchie absolue : l’autorité du roi dépend de la fidélité de ses vassaux, qui gardent une forte liberté. Or, la branche des Valois dont fait parti Jean le bon est contestée, notamment pour la mauvaise conduite de la guerre, mais également car il est un gros bourrin autoritaire (et c’est pas très bien vu par ses vassaux). De fait, Charles de Navarre, roi du pays du même nom, et prétendant au trône de France (car descendant du roi Louis X), en profite pour souffler sur les braises. Il se verrait bien roi à la place du roi, il a un talent d’orateur reconnu, et tente de rallier les mécontents à ses prétentions. On a donc un vieux relent de guerre civile dans le pays.


Or, le Navarrais arrive à convaincre un personnage de poids : le prince Charles lui même. Oui, Charles de Navarre (surnommé plus tard « le mauvais », vous comprendrez pourquoi), et Charles le prince, ça fait beaucoup de Charles, mais suivez un peu bon sang ! Car ce dernier (le prince) estime que l’autorité royale ça se mérite, et que donc son papounet devrait être plus conciliant. Jean le Bon avait confié à son fils la charge de défendre la Normandie. Région importante car contrôlant le trafic fluvial sur la Seine, mais un peu bordélique car divisé entre les fidèles au roi, les supporters de Charles le Mauvais, sans oublier ceux qui se foutent sur la tronche parce qu’ils ne s’aiment pas. Et le petit Charles, en Mars 1355, a donc pour mission de rallier tout ce petit monde ; ce qu’il arrive assez bien à faire. A 17 ans, c’est pas mal quand même ; sachant que de nos jours, la principale activité des ados de 17 ans est de mater « Les chtis vs les marseillais à Guantanamo ». Une autre époque …


Mais un beau jour, alors qu’il festoie avec les seigneurs normands – dont Charles de Navarre -, son butor de papa arrive, arme à la main, et envoie son rival en prison. Cela ne passe pas très bien, et ne fait que saper un peu plus l’autorité royale, à l’inverse de l’effet recherché. Des conspirateurs essaient même de faire croire à Charles que son royal père va l’évincer, mais ce dernier fait un cadeau à son fiston en guise de bonne foi : l’apanage sur la Normandie. Le père et le fils sont rabibochés, le « traitre » Charles de Navarre en prison, cela semble aller mieux. Bon par contre, après ce petit accrochage, la Normandie passe massivement du côté des Navarrais et des Anglais.

L’arrestation de Charles le mauvais, en plein banquet

Et puis arrive le désastre de la bataille de Poitiers, en 1356. Non seulement l’armée française se prend une nouvelle beigne, mais en plus le roi et un de ses fils se font capturer par les Anglois. De nombreux chevaliers étant morts ou prisonniers, la défense du pays n’est plus assurée. Les caisses sont vides, les mercenaires ne sont plus payés et commencer à piller, ce qu’on appellera les « Grandes Compagnies ». Le commerce est paralysé.


Charles, à 18 ans, se retrouve régent d’un pays exsangue. La branche des Valois est discréditée, et lui même à titre personnelle n’a que peu de gloire personnelle, vu qu’il a fui le champ de bataille. Il faut se souvenir qu’à l’époque, la valeur d’un noble se mesurait essentiellement à sa bravoure au champ d’honneur, et non à son intelligence ou son habileté politique. Une fois à Paris, les états généraux (assemblés de nobles, religieux et bourgeois) se réunissent, et sous l’impulsion d’un bourgeois parisien, Etienne Marcel, il est décidé que le jeune régent serait placé sous « contrôle » de ceux ci. Sur le principe, il est plutôt favorable à ce contrôle ; cependant, quand on demande la libération de Charles de Navarre, il refuse car il sait que ce dernier tentera de prendre sa place.
Cependant, les soutiens du Navarrais, dont Etienne Marcel, décide de forcer la main au régent : il est libéré le 9 Novembre 1357, puis accueilli dans de nombreuses villes avec le protocole réservé aux rois. Il finit par arriver à Paris à la fin du mois. Le prince ne peut qu’accepter sa réhabilitation, ou risquer une guerre civile. Charles le mauvais en profite aussitôt pour revendiquer ses droits à la couronne, les états généraux devront trancher. Il retourne également en Normandie afin de lever une armée, pour contrer un éventuel retour de Jean le bon, si ce dernier était libéré par les Anglais. Cependant, les états généraux piétinent sur la question dynastique : la couronne n’est pas encore perdue pour le prince. Rappelons que tout cela se passe alors que le pays est à feu et à sang à cause des brigands, et que la menace d’une nouvelle attaque anglaise n’est pas écartée. La joie …


Jean le bon, depuis Londres, voit ce foutoir et craint de perdre le pouvoir en son absence. Il condamne le contrôle de la monarchie par les états généraux, et négocie rapidement un traité avec les Anglais, contre sa liberté : il est prêt à céder 1/3 du royaume et verser une rançon colossale de 4 millions d’écus d’or. Autant dire que cela passe mal, et Etienne Marcel va en profiter. La contestation vire à l’émeute : le trésorier du dauphin est assassiné le 24 janvier 1358 ; et le 22 février, une foule envahit le palais de la Cité, massacre deux maréchaux en présence du prince, qui est contraint de soutenir les émeutiers. Leur chef pense que l’affaire est faite : il manipulera sans difficulté ce jeune prince terrorisé. Ce dernier n’est pas en l’état de s’opposer pour l’instant par la force, et fait mine de se soumettre. Cependant, il n’oubliera pas cette épisode, qui va le convaincre que ses futurs succès dépendront surtout de l’appui du peuple.

L’assassinat des maréchaux par les Parisiens, en présence du prince

Les états généraux doivent de nouveau se réunir pour décider de la suite, sauf que la noblesse ne veut plus aller à Paris, où vient de se faire tuer je rappelle 2 maréchaux : ils auront lieu en Compiègne. Excellente occasion pour le roi de quitter la ville. Là, il parvient à obtenir l’appui des nobles et d’une majorité des représentants, contre les délégués de Paris. Il commence à rassembler des troupes, en vue de mener le siège de la ville rebelle. Voyant cela, Etienne Marcel prépare la défense de la ville et cherche de l’aide.


Parce que ce n’est pas encore assez le foutoir, les paysans décident que bon, y’en a marre de payer des impôts pour une guerre où l’on ne fait que perdre. Commence alors les Grandes Jacqueries de 1358, de nombreux nobles se font massacrer par des foules en colère. Etienne Marcel les soutient, en envoyant des renforts parisiens. Ils tentent de s’attaquer au dauphin mais l’assaut échoue, les émeutiers se font charger par la cavalerie ; et oui : le tarif à l’époque pour une manifestation interdite, c’était plusieurs centaines de kg dans la tronche, plus coups d’épée et de lance. Tout se perd ma bonne dame.

L’attaque du marché de Meaux par les Jacques, réprimée par une charge de cavalerie


Charles le mauvais, lui, voit l’occasion de rallier la noblesse à sa cause : il décide de s’occuper de ces gueux qui n’ont pas compris où étaient leur place. Il parvient à prendre par surprise le chef des Jacques (non pas qu’ils s’appellent tous Jacques ; c’est le nom donné aux paysans révoltés, d’où « Jacquerie »), et fait massacrer les autres. La révolte est matée au prix d’un bain de sang ; sauf que ledit sang est sur les mains de Charles de Navarre, le prince lui reste propre.
Durant l’été 1358, Charles le mauvais retourne à Paris, pensant tenir enfin le pouvoir ; il conclut une alliance avec Etienne Marcel. Sauf qu’une fois les jacqueries vaincues, la plupart des nobles font défection et retournent auprès du dauphin, qui a tout loisir pour assiéger Paris. Les deux alliés, à court de troupes, font donc appel à des mercenaires anglais. Très grosse erreur, tant la haine du godon est inscrite dans les gènes français ! Très rapidement, ces troupes seront davantage vus comme des occupants que des défenseurs, et des tensions éclatent. Le 21 Juillet 1358, une rixe entraine la mort d’une trentaine d’archers. Etienne et Charles s’adressent à la population pour calmer tout ce petit monde, mais l’effet inverse se produit : on exige le départ des Anglois. Du coup, ils optent pour un apaisement définitif à coups de flèches : ils mènent la foule par petits groupes dans de véritables embuscades où les attendent les mercenaires honnis. Bilan : 600 à 700 morts pour les Parisiens.


Autant dire que l’affaire passe mal. On accuse Etienne Marcel et Charles le mauvais d’être de mèche avec les mercenaires étrangers. Pire, une rumeur sur une armée anglaise, approchant la ville pour la piller et venger leurs camarades, échauffe davantage les esprits. Alors qu’Etienne Marcel essaie de se faire remettre les clés de la ville, on lui tend, à son tour, une embuscade : au signal convenu (la phrase « Qu’est ce que ceci ? »), il se fait trucider ainsi que ses partisans. Tel est embusqué celui qui avait embusqué. Suite à cela, la ville décide de se rendre, et d’ouvrir ses portes au prince (qui est le premier surpris). Magnanime, il accorde son pardon aux parisiens. De fait, seules 15 personnes sont exécutées pour trahison, et il s’assure que les familles ne subissent pas de représailles.

L’assassinat d’Etienne Marcel


Charles le mauvais lui, s’est retiré sur Saint Denis avec ses troupes, qui n’ayant pas été payées, pillent la ville. Il finit par retourner en Normandie, mais les mercenaires anglais se mettent alors à rançonner la région et les trafics fluviaux. Le dauphin n’a pas les moyens de les vaincre, donc il laisse pourrir la situation ; ce qui finalement, lui est bénéfique : le Navarrais et les Anglais sont de plus en plus détestés.

Le prince Charles, qui n’est encore que régent, était dans une situation passablement moisi. Menacé par une double guerre civile (les bourgeois parisiens d’Etienne Marcel, et son rival Charles le mauvais), il est parvenu à éliminer le premier, et provisoirement repoussé le second. Le tout en parvenant à souder derrière lui la majorité du peuple et de la noblesse. Mais la France reste dans une position compliquée : le pays est ruiné, ravagé par les grandes compagnies, affaibli militairement après la défaite de Poitiers, et la menace d’une invasion anglaise reste entière. Et pour le dauphin, il doit faire face à deux prétendants à sa future couronne (le roi anglais et le navarrais), et à son propre père, prêt à solder le royaume en échange de sa liberté.

Comment va t il s’en sortir ? Nous le verrons dans la 2e partie.

En bonus, une petite carte qui rappelle le bazar ambiant

Sources des images : Wikipédia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.