« Incident » de Charlie Brown et Franz Stigler

Souvent, l’Histoire militaire consiste en des individus qui s’écharpent joyeusement à coups d’objets en métal dans la bidoche. Mais parfois, non : d’un coup, les ennemis d’un jour décident que stop, pour cette fois on va passer son tour, et faire preuve de compassion. Nous allons aujourd’hui parler d’un de ces moments, avec l’incident de Charlie Brown et Franz Stigler.

Tout commence par un raid classique de bombardiers

Nous sommes le 20 décembre 1943. Cela fait déjà plusieurs années que Britanniques puis Américains essayent d’expliquer aux Allemands que la guerre, c’est pas bien. Et pour ce faire, larguent de généreuses quantités de bombes sur les usines et les villes allemandes. Si la RAF procède aux bombardements de nuit (c’est plus difficile d’abattre un avion que vous ne voyez pas …), l’USAF pose ses big balls sur la table, et opte pour le bombardement de jour. Cela dit, les commandants n’étant pas des bourrins sans cervelle (si si), ils avaient bien conscience que sans mesures adaptées, les pertes seraient lourdes.
Déjà, les bombardiers n’étaient pas sans défense face aux chasseurs. N’étant pas assez manoeuvrables pour échapper à leurs poursuivants, ils sont équipés de nombreuses mitrailleuses. Par ex., pour le B-17 ce n’est pas moins d’une dizaine de mitrailleuses (entre 11 et 13 selon les versions), installées en tourelles ou sabords, dessus, dessous, devant, derrière, bref partout. Du coup, le bombardier est théoriquement capable de se défendre d’où que provienne l’attaquant (d’où le surnom de « forteresse volante »). Dans les faits, il y a bien quelques angles morts à exploiter, même s’ils se réduisent au fur et à mesure que les ingénieurs US améliorent leur bestiau. De surcroît, ces avions lourds étaient bien protégés : il ne suffisait pas d’une poignée de balles de mitrailleuses pour les abattre, il fallait souvent insister lourdement, tel le drageur sur la plage (avec le même manque de subtilité d’ailleurs), sauf que la demoiselle réplique au calibre 12.7 mm (ce qui serait une solution contre le harcèlement de rue). Et parfois, même avec des trous partout, un ou deux moteurs endommagés, l’avion continuait à voler.

B-17 en formation de vol
Vu de + près, un célèbre B-17, le ShooShooShoo Baby


Mais comme ce n’est pas suffisant, on a l’idée de faire voler les avions en formation, assez rapprochés pour qu’ils se protègent mutuellement, et appelés « box ». Souvent d’une dizaine d’appareils, cela faisait un ensemble compact, comprenant donc une centaine de mitrailleuses couvrant tout azimut. Ainsi, lorsque Hans, brave pilote de la Luftwaffe essaie d’approcher d’un box pour venir chatouiller des B-17, ce n’est plus deux ou trois mitrailleuses qu’il doit affronter, mais une dizaine voire plus, tirant depuis plusieurs angles. Sachant qu’un raid de bombardement comprend généralement plusieurs centaines d’engins, on a vite une idée de l’ampleur du bousin à affronter.

Un exemple de formation dit en « box »

L’idée des stratèges alliés est que, avec un tel potentiel, un raid de bombardement stratégique permettrait toujours de faire passer assez de bombardiers pour provoquer des dégâts considérables. Dans les faits, ça fonctionne, et un tel déploiement de force n’arrivera jamais à être arrêté totalement. Cependant, les pertes sont tout de même élevées : en moyenne, environ 5% de pertes définitives, et + d’avions endommagés. Et c’était davantage en 1942-1943, car les chasseurs alliés n’avaient pas assez d’autonomie pour escorter les bombardiers, qui devaient donc y aller tout seuls … (bon, seuls à plusieurs centaines quand même)
Un équipage US de B-17 devait assurer 25 missions de bombardement avant de rentrer au pays. Je vous laisse donc calculer, avec un taux de pertes de 5%, la probabilité de survivre aux 25 missions. Allez, je suis sympa et je calcule pour vous : environ 28%. Bref, c’est quand même pas super la joie, et il faut reconnaître le sacrifice de ces vaillants équipages.

Brême, ou la première sortie du Ye Olde Pub

Maintenant que vous voyez un peu mieux en quoi consiste un raid de bombardiers, revenons donc au 20 Décembre 1943. Ce jour ci, c’est la ville de Brême qui a gagné à la grande loterie de « on vient raser ton usine et/ou ta maison ». Sans doute pour faire cesser un tapage nocture animalier. Ou bien détruire des usines de fabrication de chasseurs. L’affaire commence mal : la ville est défendue par 250 canons antiaériens lourds, et sans doute de nombreux chasseurs allemands.
Ce raid est la première sortie du « Ye Olde Pub », un B-17 US, commandé par le second lieutenant Charlie Brown. Ce brave Charlie est un fermier de Virginie Occidentale qui, en lieu et place du maïs, doit semer des bombes. Et pour la première mission de l’équipage, ils ont une chance de dingue : ils sont placés sur les bords de la formation, soit la zone la plus vulnérable. Vulnérable au point que les pilotes alliés l’appelent la « purple heart corner » ; la « Purple Heart » étant la décoration remise aux blessés de guerre, voilà qui n’est guère réjouissant.
Le groupe de bombardiers s’approche de sa cible. Avant même le bombardement, le Ye Olde Pub se fait toucher par la flak (les canons antiaériens) : il perd un moteur, et un autre est sévèrement touché. L’avion parvient à larguer ses bombes, mais perd rapidement de la vitesse. Il commence à quitter la formation.
Pour le coup, c’est un peu comme un troupeau de bisons : si un animal quitte la sécurité relative du troupeau et se retrouve isolé, il est fort à parier que les prédateurs vont en profiter pour l’attaquer. Et en guise de prédateurs, le bombardier se retrouve bientôt attaqué par plusieurs chasseurs allemands. Ceux ci lui infligent de nouveaux dégâts : un autre moteur est touché, l’avion n’a plus que 40% de sa puissance initiale ; les systèmes de direction sont endommagés, réduisant la maniabilité ; une partie des mitrailleuses, sans doute mal lubrifiées, sont tombés en panne, il n’y en a plus que 3 de fonctionnelles (dont 2 de la tourelle dorsale, et 1 à l’avant). Ajouter à cela un mort, de nombreux blessés (dont Charlie lui même), et les doses de morphine ont gelées (à cet altitude, il fait -60°C, et il y a des trous un peu partout dans l’avion). Bref, c’est un peu le chaos à bord.

Franz Stigler, le gentleman chasseur

Pendant ce temps, un chasseur allemand se prépare à décoller. Son pilote est Franz Stigler, et le moins qu’on puisse dire, c’est que ce n’est pas un bleu : il avait déjà 22 victoires à son actif (sachant qu’on est proclamé « as » à partir de 5 victoires). Il avait notamment combattu en Afrique du Nord. Où il a eu pour supérieur un certain Gustav Rödel, qui leur a appris les bonnes manières. Et notamment, ce n’est pas parce qu’on se bat pour les nazis qu’on doit faire n’importe quoi. Il leur avait formellement interdit de tirer sur les pilotes ennemis qui venaient de sauter en parachute (sous peine de les abattre lui même).
Quand Franz arrive au niveau du bombardier, il voit rapidement qu’il n’est plus vraiment en état de combattre ; il parvient même à distinguer les blessés à travers les trous de l’appareil. Il pourrait n’en faire qu’une bouchée. Mais se rappelant les mots de son ancien supérieur, il décide de ne pas achever l’appareil : il confiera par la suite que pour lui, vu l’état de l’engin, c’est comme s’ils étaient sous parachute.
Stigler s’approche, et fait signe au pilote de se poser sur une base allemande, ou bien de se détourner vers la Suède (alors neutre), où son équipage serait soigné et interné jusqu’à la fin du conflit. Cependant, dans le Ye Olde Pub, on ne comprend pas trop ce qui se passe, ni ce qu’il veut dire. Méfiant, Brown fait pointer les mitrailleuses de la tourelle dorsale en direction du chasseur, mais sans tirer : bref, juste lui faire comprendre de ne pas chercher des noises. L’Allemand comprend, et s’éloigne un peu … Mais décide de suivre le bombardier malgré tout, et d’assez près. Pourquoi me direz vous ? Et bien tout simplement pour s’assurer que la DCA allemande n’ouvrirait pas le feu dessus !
C’est donc une drôle d’escorte qui accompagne l’avion étrillé jusqu’à la côte, où il ne subit plus aucune attaque. Une fois la Mer du Nord atteinte, Franz salute une dernière fois l’équipage du bombardier, et fait demi tour.

Le B-17 parvient à retourner jusqu’à sa base. Lors du débriefing, Charlie Brown raconte cet évènement pour le moins inhabituel. Ses supérieurs lui expliquent que bon, c’est original mais il vaut mieux ne pas en parler au reste de l’unité. A vrai dire, ils ont eu peur que ses camarades ne prennent sympathie pour l’ennemi et deviennent moins combatifs. Des années plus tard, Brown déclarera : « Quelqu’un avait décidé qu’on ne pouvait pas être humain et voler dans un avion allemand ».
Quant à Stigler, il évita de parler de cette affaire à sa hiérarchie ; car plus qu’une simple réprimande, il risquait juste le peloton d’exécution.

De gauche à droite : Charlie Brown / Franz Stigler

Mais où est Charlie ? Et Franz ?

Après cet épisode singulier, Charlie Brown et son équipage continuèrent leur service. Il parvient à exécuter les 25 missions prévues, et survécut à la guerre. Par la suite, il rentra aux Etats Unis, puis se réengagea dans l’US Air Force, de 1949 à 1965, et prit sa retraite en 1972. Quant à Stigler, il survécut lui aussi à la guerre. Après celle ci, il émigra au Canada, et devint homme d’affaires.

Notre histoire aurait pu s’arrêter là ; mais elle n’est pas finie ! En 1986, Brown participe à un rassemblement de pilotes vétérans de la 2e guerre mondiale. On lui demande alors de raconter un souvenir marquant de son service. Après quelques instants de réflexion, il raconte cet incident. Et à ce moment, il décide de retrouver ce pilote de chasse allemand qui l’a épargné. Il fouille dans les archives américaines et ouest allemandes ; il publie une lettre dans une revue d’anciens pilotes du conflit mondial. Et quelques mois plus tard, il reçoit une réponse de Stigler, vivant alors au Canada, et qui déclara être ce pilote.
Les deux discutèrent alors par téléphone : Stigler décrivant les évènements (notamment son « salut » à la séparation), Brown eut la confirmation qu’il avait retrouvé le bon pilote. Les anciens ennemis se rencontrèrent alors, en 1990, et devinrent rapidement amis. Amitié qui dura jusqu’à leur mort, en 2008 (à quelques mois d’écart).

Les deux même, quelques décennies plus tard …

Cet « incident » est le sujet de la chanson « No bullets fly » du groupe de métal Sabaton. Même si méconnu, il est un vibrant rappel que même dans un conflit meurtrier, où la haine a été exacerbée de part et d’autre, la compassion prend parfois le dessus.

Pour aller + loin :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Incident_de_Charlie_Brown_et_Franz_Stigler

Chanson « No bullets fly » de Sabaton

Sources des images : Wikipédia, domaine public

L’attaque d’Aruba

Ou quand un des meilleurs sous marins allemands merde à cause du stress

La bataille de l’Atlantique, vous connaissez tous ? C’est quand les petits sous marins allemands allaient coller des torpilles farceuses dans des cargos à destination du Royaume Uni. Et que celle ci, pour se venger, jouait à la pêche à la grenade sous marine, en espérant voir un U-Boot remonter à la surface, ventre à l’air (ou plutôt, couler au fond de l’Océan). Et souvent, on pense que ça a commencé par des centaines de sous marins allemands qui traquaient sans pitié des navires de commerce désemparés ; puis les Alliés ont peu à peu repris le dessus, jusqu’à couler tous les sous marins nazis. Alors qu’en fait non : ce fut un poil plus complexe que ça.

Lorsque la guerre commence, la Kriegsmarine n’a qu’un nombre réduit de sous marins pouvant assurer des missions de guerre sous marine (57, alors que l’amiral Dönitz – le patron des sous marins – en voudrait 300). Bon gré mal gré, ils font le travail. Du côté Alliés, on se souvient encore de la première guerre mondiale, et on les redoute. On prend donc des mesures, comme la navigation en convois. Puis, en Juin 1940, la marine allemande reçoit un cadeau surprise : la côte Atlantique française, qui lui donne plein de nouveaux ports d’attache. C’est la première période dite des « temps heureux », les sous mariniers coulant à tour de bras des navires marchands et subissant peu de pertes. Les Britanniques ne se laissent pas décourager et, têtus comme ils sont (en même temps, c’est le pays ayant produit le yorkshire), trouvent de nouveaux moyens de couler ces importuns : ASDIC, Huff/duff, hérissons et pieuvres (ce sont des armes sous marines, hein ? pas des pokémons militarisés), … Et de surcroit, les Etats unis, bien qu’officiellement neutres, leur ont refilé un stock de vieux destroyers qui sont bien utiles pour escorter les convois. Si les allemands coulent toujours autant de tonnage allié, leurs pertes augmentent sensiblement.

Petit hors sujet : c’est durant cette période que se déroule le film « Das Boot ». A voir absolument si votre rêve c’est de voir plusieurs dizaines d’hommes barbus couverts de sueur et de cambouis, enfermés plusieurs mois dans un objet long et étroit. A voir également si vous souhaitez juste un excellent film de sous marin …

Cette phase où aucun des deux camps ne parvint à se départager se termine avec … l’entrée en guerre des Etats Unis. L’US Navy se joint alors à la fête, avec la plus grande flotte du monde (malgré les pertes de Pearl Harbor), et une excellente expérience navale. Et pourtant : s’ouvre la 2e période des « temps heureux » pour les Allemands.
Comment cela se fait il ? Au début du conflit, les Allemands ne « chassent » les navires à destination du Royaume Uni qu’au milieu des océans, ou près des côtes anglaises. Hitler ne veut en effet pas provoquer les USA, et les U-Boot ont interdiction de s’approcher de trop près des côtes américaines. Vu que la guerre éclate quand même, la restriction est levée. Or, Dönitz se rend compte que les US n’ont pas mis en place de convois escortés comme l’ont fait les Anglais. Ceux ci ont beau prévenir l’oncle Sam (« nan mais sérieux, il va arriver des bricoles à tes navires là »), ils se disent que non, ça risque rien, ils pourront JAMAIS venir jusque là (c’est pas comme si on faisait la même aux Japonais dans un océan 2 fois plus grand).
Et là, grosse surprise : les Allemands arrivent jusque sur les côtes US, et font un carton. Ils ont d’ailleurs appelé cette période la « saison de chasse américaine ». Ils vont battre des records de tonnage coulé, avec presque aucune perte. Bon, les Américains ont compris : ils mettent au bout de quelques mois des convois en place, du coup les sous marins, vexés, partent ailleurs, et notamment dans les Caraïbes.
Pourquoi les Caraïbes ? Non : pas parce que c’est une zone traditionnelle pour la piraterie. Mais à l’époque, le plus gros producteur de pétrole au monde sont … les USA. Et les Caraïbes sont une grosse zone de transit pour le pétrole, et de nombreuses raffineries s’y trouvent.

Et c’est là que notre h(z)éros du jour va entrer en jeu. Il s’agit de Werner Hartenstein, capitaine de sous marin, et commandant du U-156. C’est un excellent commandant, qui a déjà torpillé de nombreux navires, et son équipage est expérimenté.

On leur a confié une mission spéciale : plutôt que de s’emmerder à couler les pétroliers, pourquoi pas directement détruire les raffineries ? On les envoie donc attaquer l’île d’Aruba, qui abrite l’une des plus grandes raffineries du monde. On les a équipés avec un canon + gros que d’habitude (à l’époque, les sous marin ont tous un canon, généralement de calibre moyen, ainsi que des canons anti aériens).
Tout se déroule bien. Le navire approche de la cible. Alors qu’il arrive à portée, il remarque des pétroliers à proximité, qui quittent le port. Là, l’instinct du sous marinier fait surface : il torpille les 2 navires. Et c’est là qu’il se rend compte de la boulette : les navires prennent feu, ce qui fait un gros nuage de fumée … et lui masque la raffinerie, sa cible principale. Pas grave se dit il : on va tirer au jugé. Les artilleurs pointent le canon, chargent, font feu et … le canon explose.
Que s’est il passé ? En plongée, les canons sont protégés avec des « bouchons » qui obstruent le trou de sortie, afin d’éviter que l’eau n’entre dedans.. Bien entendu, avant de tirer, il faut les enlever. Sauf que dans la panique, ils ont oublié, et l’obus a explosé dans le canon. Bien sûr, celui ci est désormais inutilisable. Werner ordonne alors quelques tirs au canon antiaérien, qui fera quelques dégâts mais rien de sérieux. Dépité, il se replie : il vient de rater la chance de sa vie. L’opération ne sera jamais renouvelé (les mesures de défense ayant été prises entretemps).

La morale est que, même quand on est un excellent commandant, avec un équipage discipliné et expérimenté, on peut faire de la merde sous l’effet de la PANIQUE !

Pour aller + loin :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Attaque_d%27Aruba
https://fr.wikipedia.org/wiki/Werner_Hartenstein
https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_des_Cara%C3%AFbes
https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_l’Atlantique_(1939-1945) (ça c’est si vous avez plusieurs heures devant vous ^^)
L’excellente série de documentaires « Les grandes batailles », épisode « La Bataille de l’Atlantique »

Source des images : Wikipédia


La Jeune Ecole

Ou quand le journalisme et le débat idéologique s’invitent dans la doctrine de guerre maritime

De nos jours, nous avons le droit sur les réseaux sociaux, à toutes sortes d’excentricités. Des prétendus « experts » se permettent de clamer haut et fort des affirmations basées sur du vide ou des préjugés, sur tous les sujets possibles, y compris les plus techniques. S’il est plutôt sain de s’intéresser à toutes sortes de sujets (par exemple, je ne sais pas, l’Histoire), il est cependant plus que regrettable lorsque les discussions sur un sujet virent à la foire au n’importe quoi. Et notamment lorsque des questions idéologiques viennent se greffer sur un débat pourtant largement éloigné de ce champ.
Prenons un exemple. Supposons d’une pandémie frappe la planète, un virus contre lequel on ne dispose pas de remède. Un médecin propose un protocole de traitement, ce qui provoque une controverse parmi ses collègues : le traitement est il vraiment efficace ? On en discute entre experts : tests, protocoles, etc. . Puis, par le truchement des médias, le débat envahit l’espace public ; après tout pourquoi pas, il s’agit d’un enjeu majeur du moment. Mais là, la magie du « je mélange tout et n’importe quoi ensemble et je secoue très fort comme un vodka martini » arrive à ce que notre médecin se retrouve propulsé comme le défenseur des petites gens, que dis je, le héraut de la contestation du peuple ! Mais … quel est le rapport ? On cherche toujours, mais il doit en être ainsi parce que, voilà. Bref, un excellent exemple où l’idéologique s’occupe d’un sujet intrinsèquement technique, et on en arrive à une situation ubuesque, où le débat raisonnée est la principale victime.
Mais je vous rassure : ce genre de situations n’est pas nouveau ! Et déjà il y a plus d’un siècle, on s’écharpait joyeusement sur une question qui n’intéressait personne jusque là, et dont certains arguments n’auront rien à voir avec la choucroute. Parlons donc stratégie navale à la fin du 19e siècle, et de la doctrine de la Jeune Ecole.

Durant la première moitié du 19e siècle, le combat naval évolue, sous la poussée d’innovations techniques. A noter que la France n’est pas en reste, entre l’invention du canon Paixhans (qui permet de tirer des obus explosifs, et non plus simplement des boulets) et la construction de la Gloire, premier navire occidental cuirassé de haute mer. Par un habile jeu de copier/coller, les autres puissances maritimes du moment se lancent à leur tour dans la construction de ces engins. Et on se retrouve rapidement à une course à qui a le/la plus gros(se) b./p. : le plus gros blindage/la plus grosse puissance de feu. (Pourquoi vous êtes tout rouges ? A quoi vous pensiez par « plus gros(se) b./p. » ?)
On en arrive à des navires de plus en plus gros, grands, et donc couteux. Or, à ce petit jeu qu’elle a elle même initié, la France se retrouve dépassée par sa rivale de toujours : l’Angleterre. Nous sommes après la guerre franco prussienne, la 3e république est en compétition avec la monarchie d’outre manche pour étendre leurs empires coloniaux respectifs, et l’armée de terre a la priorité en cas de nouveau conflit avec le Reich allemand tout neuf. Mais comment faire pour contester la suprématie navale britannique à moindre coût ?

C’est une arme toute neuve qui va lancer le débat, la torpille. Alors toute neuve, pas tout à fait : un obscur savant syrien du 13e siècle, Ahdab al-Rammāḥ, a bien conçu un conteneur oblong rempli d’explosif, propulsé par poudre noire, évoluant sous l’eau et stabilisé par deux ailettes. Ça ressemble à s’y méprendre à une torpille ; mais faute de témoignage, nous ne connaissons pas l’efficacité de cette arme.
Ensuite, fin du 18e siècle, on a l’idée de venir coller une charge explosive directement au contact de la coque d’un navire ennemi. C’est efficace, mais dangereux, car cela demande s’approcher près, très près (et donc de s’exposer aux tirs ennemis), et de surcroît il n’est pas rare que la charge endommage le porteur. Du coup, des ingénieurs austro-hongrois, puis anglais, et américains, améliorent le concept en propulsant l’engin : avec un ressort, de l’air comprimé, ou un mécanisme à inertie. L’avantage de l’arme est énorme : comme la propulsion ne nécessite pas une détonation (comme pour un obus), adieu les lourds et gros canons ; mais surtout, l’explosion se fait sous la ligne de flottaison de la cible. Ainsi, les navires touchés sont assurés de couler, en se remplissant d’eau par de gros trous.
Avec cette nouvelle arme, il est désormais possible à un petit navire de 1 000 tonnes, de couler un monstre de 10 000 tonnes, et à bonne distance. Un contre amiral va pousser ce raisonnement : Hyacinthe Aube.

Celui ci préconise de privilégier de petits navires comme des torpilleurs, mais très nombreux, plutôt que de se reposer sur un nombre restreint de gros navires cuirassés, dont la perte d’un seul représent un gâchis colossal de ressources et d’hommes. La cuirasse n’étant plus capable d’assurer seul la protection d’un navire, il faut construire des navires les plus rapides possibles. La défense des côtes est assurée par un travail de harcèlement des petites unités, basées sur de nombreux points d’appui tout le long du littoral. Et si on doit combattre le Royaume Uni, on sait qu’on ne pourra obtenir la domination des mers lors d’une seule bataille : on va donc l’entraîner dans une guerre de course. Rien à voir avec des affrontements de chariots dans un quelconque supermarché ; il s’agit de perturber le commerce ennemi, en arraisonnant ou coulant les navires marchands. Or, le Royaume Uni a décidé de sacrifier son agriculture à son industrie, et doit donc importer presque la moitié de sa nourriture ; elle serait donc vulnérable à une destruction de son ravitaillement. Vu qu’un blocus semble impossible, on opte pour des croiseurs (rapides et modérément armés), qui iraient en haute mer perturber le trafic maritime.

Rapidement, cette nouvelle doctrine va trouver des partisans, dans la marine mais aussi parmi les politiques ; alors que d’autres soutiendront l’approche traditionnelle basée sur de grandes unités lourdes. Ainsi nait l’opposition entre la Jeune Ecole, et l’Ancienne Ecole. Là où le débat va prendre une tournure imprévue, c’est avec un évènement qui n’a rien à voir avec la marine : la liberté de la presse. En 1881, les journaux sont enfin autorisés à parler de tout et n’importe quoi ; et vu qu’il faut bien remplir ses pages, ceux ci vont commencer à s’intéresser à tout. Le journaliste Gabriel Charmes, qui connait bien l’amiral Aube, trouve que nous sommes proches d’une ère nouvelle, et se met à écrire des articles sur le sujet. Il soutient le point de vue de la Jeune Ecole, et le débat va peu à peu gagner le public.
Mais là, tout va commencer à partir en vrille. Peu à peu, les républicains et les partis de gauche vont soutenir la Jeune Ecole ; non pas pour des raisons pratiques, mais idéologiques : la Jeune Ecole, c’est la revanche du petit sur le gros, de l’humble sur le puissant. C’est aussi une occasion d’attaquer le commandement de la marine, vu comme conservateur et immobiliste. Par opposition, la droite conservatrice va prendre le parti des cuirassés de la Vieille Ecole. On va donc ajouter au débat (qui n’avait pas besoin de cela pour être confus) des problèmes de conflits d’intérêts : les blindages des gros navires font travailler l’industrie de l’acier, et on commence à affirmer que si on ne veut pas renoncer à ceux ci, c’est pour que les barons d’industrie ne pertent pas ce marché juteux ! On ose des comparaisons avec la biologie : le torpilleur qui coule un cuirassé, ce n’est rien d’autre que le microbe de Pasteur, capable de mettre à mal des organismes beaucoup plus massif. Ajoutons à cela des raisons bassement pratiques, le budget de la marine : il est moins couteux de produire des petits navires, même en nombre, que des gros. On le voit donc : d’une discussion sur une nouvelle tactique, on passe à un débat qui n’a plus rien à voir.
Durant les trois décennies suivantes, les partisans des deux écoles vont alterner aux postes décisionnaires. Si bien qu’on passe de l’un à l’autre. Globalement, on va produire beaucoup de ces petites unités, et la mise en oeuvre de cuirassés modernes va prendre du retard. Si bien qu’en 1914, la France n’aligne que 30 cuirassés dont 4 modernes, contre 46 dont 13 modernes pour la Kaiserliche Marine, et 81 dont une trentaine de moderne pour la Royal Navy. Alors que pourtant, la France possède la 4e marine de guerre en termes de tonnage.

Maintenant, vous allez sans doute me poser la question – que tout le monde aurait du se poser dès le départ, plutôt que partir dans des délires qui ont brouillé les discussions : les théories de la Jeune Ecole étaient elles viables ? Et ma réponse sera, comme souvent sur des sujets complexes : oui et non. Dans les faits, cette école va s’avérer largement anachronique : pas en retard, mais au contraire (trop) en avance sur son temps. Et de plus, ce n’est pas forcément le bon pays qui l’aura adopté …
Dans les années 1900, on va commencer à voir apparaître des problèmes dans les théories de la Jeune Ecole. Les navires légers montrent rapidement une mauvaise tenue à la mer, et un rayon d’action limité.

Si bien que, dès qu’ils s’éloignent des côtes, ils perdent en efficacité. Or, la France dispose d’un vaste empire colonial, aux quatre coins du monde : ne pas pouvoir intervenir loin est donc ballot. De plus, les cuirassés ont bien évolué entretemps : ils sont devenus moins vulnérables aux torpilles, car désormais la partie immergée de la coque est à son tour blindée, et on pratique le cloisonnement de sections (ce qui ne garantit plus qu’un tir au but coule le navire). La guerre russo-japonaise va remettre les pendules à l’heure, en consacrant le rôle important du cuirassé. Du coup, demi tour à 180° : la France va se remettre à construire des gros bateaux de guerre. Mais le retard ne sera pas pleinement rattrapé, comme indiqué ci dessus, pour le début du conflit mondial.
La Jeune Ecole semble donc s’être trompée … Et pourtant, la guerre à venir va montrer que certaines de leurs analyses n’étaient pas infondées. Lorsque les hostilités éclatent, tout le monde s’attend à une grosse bataille décisive, où les cuirassés produits par les différents pays allaient s’expliquer à coup de volées d’obus de gros calibre, jusqu’à ce que finalement un seul vainqueur émerge (ou plutôt, ne coule pas), et obtient la domination totale des océans. Mais de fait, elle tarde cette grosse bataille navale : les Allemands hésitent à risquer leurs précieux joujoux face à une Royal Navy chafouine, les Austro-hongrois ont peur des escadres françaises et britanniques de Méditerranée, qui les attendent à la sortie de l’Adriatique. Du coup, les premiers combats sont davantage des escarmouches entre croiseurs, parfois très loin (océan Pacifique, Atlantique Sud … j’en reparlerai ultérieurement). Et finalement, les 31 Mai et 1er Juin 1916, la grande bataille tant attendue a lieu, au large du Jutland : elle ne s’avéra absolument pas décisive. La Royal Navy subira plus de pertes que son adversaire, mais celui ci filera la queue entre les jambes dans ses ports d’attache et n’en bougera plus, conscient d’avoir échappé de peu à une grosse défaite.
Les lourds cuirassés vont donc passer la majeure partie de la guerre dans des ports à rouiller. Leur principal intérêt étant de faire à son ennemi « aha ! regarde les gros bateaux que j’ai, et que je peux t’envoyer dessus si t’es pas gentil ! », bref, de la dissuasion. A noter que les forces de l’Entente vont pouvoir les sortir un peu plus librement, et pourront être utilisés en soutien de combats terrestres (mais ce genre de cas restent rares).

Vous connaissez le vieil adage : « nul n’est prophète en son pays ». Et bien la stratégie de la Jeune Ecole va s’avérer finalement s’avérer payante, à deux détails près : l’arme et le pays.
Pour les armes, la Jeune Ecole a – pour rappel – misé en autre sur le croiseur et le torpilleur. Le croiseur va s’avérer efficace dans certaines situations de combat, ok de ce coté. Le torpilleur par contre, c’est pas ça. Ses avantages – vitesse, grande distance de tir, un coup au but suffit à envoyer n’importe quoi par le fond – vont se faire contrer, non seulement par l’amélioration des cuirassés, mais aussi par le développement d’un navire spécialement conçu pour le combattre, et judicieusement appelé « contre torpilleur » (destroyer en anglais). On ne peut pas faire plus clair. Le contre torpilleur est un navire à peine plus gros qu’un torpilleur, véloce, armé de canons à tir rapide, et parfois même de torpilles ; et on va le mettre en protection des grosses escadres de cuirassés, comme écran anti torpilles. Et ça marche.
Il est cependant un nouveau type de bateau, que la Jeune Ecole va pousser à développer : le sous marin (on parle plutôt de « submersible » à l’époque). La France va en effet construire l’un des premiers submersibles « modernes », le Gymnote, en 1888. A quasi égalité avec l’Espagne et son Peral (2 mois seulement d’avance). Le navire va prouver des capacités intéressantes : s’il a encore moins d’autonomie qu’un torpilleur, et une vitesse très faible, il est par contre furtif, et le prouvera lors de manœuvres. Même si elle n’a pas autant misé dessus que sur le torpilleur, la Jeune Ecole va tout de même promouvoir l’engin, tant et si bien que la France va avoir la 1ere flotte sous marine en nombre au début de la 1ere guerre mondiale, avec 57 unités, devant le Royaume Uni (51) et l’Allemagne (30 unités). A préciser que ses bâtiments de début de conflit sont loin de rivaliser avec les modèles de 1917-1918, mais tout de même.

Mais mais mais … me direz vous, personne ne se souvient des sous marins français, alors que tout le monde a entendu parler du danger des « U-Boot » (pour Unterseeboot, littéralement « bateau sous la mer ») ! Comment se fait il ? Calmez vous : j’y viens.
Pour mémoire : la Jeune Ecole s’est développée, dans l’optique d’un conflit France/RU, où la première n’aurait pas moyen de contester la suprématie navale à la deuxième. Or entretemps, les deux sœurs ennemies ont fini par s’entendre, afin d’aller chercher des noises ensemble au Kaiser. Fini donc le risque de perdre le contrôle de l’océan : grâce à la Royal Navy, on est tranquille. En revanche, c’est le Reich Allemand qui va avoir des problèmes : sa flotte de surface ne peut rivaliser avec celle de ses adversaires, et la seule fois où elle tente quelque chose, elle sue tellement fort qu’elle ne recommencera plus jamais. Pourtant, il y a tous ces navires de commerce anglais qu’on aimerait bien couler. Alors comment qu’on fait ? Diverses réponses seront apportées, mais la principale est, comme vous vous en doutez maintenant : le sous marin. Dès qu’on aura compris l’intérêt de celui ci, l’Allemagne va en produire en masse, au détriment des autres bateaux. Et ça va diablement bien marcher ! Déjà, car contrairement à un cuirassé qui demande plusieurs années de travail, on peut les produire vite : presque 350 sur toute la durée de la guerre (en partant d’une trentaine, je rappelle). Et ils vont se révéler diablement efficaces : comme ils sont discrets, ils sont capables de « forcer » le blocus de la Royal Navy, et d’aller coller joyeusement torpilles et obus dans les navires de commerce britanniques, français, et même autres (car plus on est de fous …). Ce que recherchait la Jeune Ecole avec sa guerre de course !
Du côté des Britanniques, ce sera un peu la panique. On avait pas prévu ce coup ci, on ne sait plus où donner de la tête car on n’a pas assez d’unités pour escorter tous les navires, en plus on ne possède pas encore d’armes efficaces contre ces engins, bref, les plans de guerre sont en train de sombrer. Il faut réagir : on va employer les contre torpilleurs pour les affronter, choix qui va se montrer judicieux. On va surtout développer de nouvelles armes : la charge sous marine (RU), le sonar (France), utiliser l’aviation pour le repérage, des navires leurres. Du coup, du côté de la Triple Entente, on va réduire la production de cuirassés (vu que la Triple Alliance n’ose plus sortir les siens), et accélérer la production d’unités moyennes, comme les contre torpilleurs/destroyers … Tiens, ça ressemblerait pas à ce que préconisait une certaine Jeune Ecole ça ? (bon, certes, pas pour les mêmes raisons)

In fine, on constate que la Jeune Ecole était fort novatrice, peut être trop. Elle a surtout été déployée dans un pays (la France) qui avait un besoin de contrôle maritime, en raison de son empire colonial. Et prévue pour un ennemi (le Royaume Uni), qui sera finalement un allié. En revanche, un autre pays (l’Allemagne) aurait bien fait de l’adopter plus tôt : celui ci a consacré des ressources considérables pour construire une flotte de navires lourds qui ne servira presque à rien ; et obtiendra des résultats bien plus probants avec une flotte sous marine nombreuse, utilisée en harcèlement du commerce (exactement ce que prévoyait la Jeune Ecole). Mauvais pays, mauvaise arme, mais finalement, pas si bête.
A noter que les enseignements de la guerre 14-18 n’ont été que partiellement enregistrés. Les amiraux de nombreux pays vont rester désespérément accrochés au concept de « bataille décisive » de cuirassés, qui n’aura pas plus lieu durant la 2e grande sauterie mondiale qu’elle ne s’est produite durant la 1ere. Cependant, des efforts vont être réalisés pour produire des flottes d’escorte. La palme du nawak revient tout de même à l’Allemagne. Elle a bien vu qu’en 14-18, sa précieuse Kaiserliche Marine n’a servi à rien, si ce n’est gaspiller l’argent du contribuable, et que les sous marins ont par contre joué un véritable rôle (même si non décisif), en créant une vraie inquiétude dans la Royal Navy. Et bien lors du réarmement naval des années 1930, ces leçons seront bien entendu ignorés, par le patron de la marine allemande (Erich Raeder) : il va miser de nouveau sur une flotte de surface et une force sous marine réduite, avec l’accord de Hitler ; jusqu’à ce qu’on se rende compte que finalement, c’était vraiment crétin et on produise – une nouvelle fois – des sous marins en grosse quantité.
Le problème, c’est que les choix respectifs ont parfois été motivés par des arguments absolument pas techniques. En France, le coup de la lutte contre les riches a poussé à adopter une doctrine inadaptée. Tandis qu’en Allemagne, la recherche d’une flotte de prestige (les gros navires, ça claque, les sous marins ça fait de moins belles photos …) a conduit à construire des navires qui resteront à quai la plupart du temps.

Comme quoi, les choix pourris pour des raisons qui le sont encore plus, ça ne date pas d’aujourd’hui.

Pour aller + loin : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jeune_%C3%89cole

https://fr.wikipedia.org/wiki/Gymnote_(1888)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_navale_durant_la_Premi%C3%A8re_Guerre_mondiale

Source des images : Wikipédia

Wojtek, l’ours polonais artilleur

La Pologne s’est battue durant la 2e guerre mondiale. Et je ne parle pas seulement de la campagne de Pologne (où la pauvre armée polonaise s’est faite prendre en sandwich, comme ça, au débotté et sans préliminaires) : les forces polonaises se sont battues durant presque toute la durée de la guerre. En effet, si la Pologne a du capituler au bout de seulement 3 semaines (ses alliés se touchant la nouille, en espérant que les Allemands allaient se suicider sur la ligne Maginot ou devenir soudainement pacifistes), des groupes de volontaires seront constitués tout au long de la guerre (troupes évacuées de Pologne en 39, prisonniers de l’armée soviétique libérés à partir de Juin 41). Les vaillants combattants polonais ont été sur de nombreux fronts : bataille d’Angleterre, guerre du désert, Italie, front de l’Est, France et Allemagne. Sans oublier l’Armée Intérieure et son soulèvement glorieux quoique malheureux.

Mais oublions les généralités, et concentrons nous sur le 2e corps d’armée polonais. Il est constitué de prisonniers de guerre détenus par les soviétiques, et libérés suite à un accord avec le gouvernement polonais en exil. Cependant, son commandant n’étant pas en bons termes avec Staline (étonnant non ?), le corps d’armée doit être transféré au Proche Orient, en passant par l’Iran.
C’est là que les soldats de la 22e compagnie de ravitaillement d’artillerie font l’acquisition d’un jeune ourson auprès d’un habitant du coin, contre quelques rations. Rapidement, il devient la mascotte de l’unité. On le prénomme Wojtek. On le nourrit tout d’abord avec du lait concentré, puis de fruits, mélasse, miel et marmelade.

Au contact des soldats, il finit par adopter leurs habitudes : il se met donc à picoler (on parle de Polonais hein …) ; il consomme également des cigarettes, soit en les fumant (quelqu’un l’aidant à l’allumer), soit en les mangeant. Ce qui n’est pas forcément un problème, les filtres à l’époque étant pas encore très répandus. Il apprend à saluer, et finit par être intégré comme animal de guerre à sa compagnie, où il obtient le grade de caporal. Pas mal pour une boule de poils.

Il suit son unité à travers le Proche Orient, et finalement est envoyé au combat en Italie. C’est là que se forge sa légende. Durant les combats très durs de la bataille de Monte Cassino, il aurait assisté ses camarades humains, en transportant des obus d’artillerie. D’après la rumeur, il n’en aurait pas fait tombé un seul. Depuis, et pour saluer les services rendus de leur frère d’armes poilu, l’emblème de l’unité est un ours, portant un obus.

Notre ours survit à la guerre. Démobilisé en 1947, il finira sa vie … au zoo d’Edimbourg. Cependant, ses anciens compagnons d’armes lui rendront régulièrement visite, lui apportant alcool et tabac qu’il avait appris à consommer à leur contact. Il meurt en 1963.

Pour aller + loin : https://fr.wikipedia.org/wiki/Wojtek

Source des images : Wikipédia

(et pour info : vous n’avez jamais entendu parler de la bataille du Mont Cassin, où notre ami ursidé s’est illustré ? C’est normal : qui s’intéresserait à une bataille où le commandement anglo-américain a fait preuve d’une incommensurable bêtise, et où finalement la victoire a été apportée par un général français, des troupes maghrébines et polonaises ?)