Les chars allemands étaient ils les meilleurs de la 2e guerre mondiale ? – 3e partie

3e partie sur notre question : alors, les chars allemands, ils étaient meilleurs que les nôtres ? Nous allons en discuter …

La première guerre mondiale s’est terminée, et la paix revient. Cependant, un peu partout dans le monde, on s’interroge sur l’avenir de cette arme nouvelle qu’est le char, qui après des débuts chaotiques, a prouvé son efficacité. Le leadership de la réflexion est prise par le Royaume Uni, en la personne de J.F.C. Fuller : son idée, c’est d’utiliser des chars lourds et très bien protégés pour percer le front en un endroit, puis envoyer plein de chars légers et très rapides dans la brèche, pénétrer les lignes ennemies et attaquer la logistique, les centres de commandement, … bref, foutre le dawa.
La France n’est pas loin derrière, avec toujours le général Estienne : lui, il préconise de grandes formations de chars, rapides, soutenus par une infanterie embarquée dans des camions. Le concept de Blitzkrieg n’est vraiment pas loin …

Ces deux théoriciens vont en inspirer bien d’autres un peu partout. Hobart au UK, Toukhatchevski en URSS (on reparlera de lui plus tard), Chaffee et Patton aux US ; en France, après Estienne c’est un certain colonel de Gaulle qui va promouvoir le char. Sauf que globalement, on ne les écoute pas. Cependant, il y en a un qui écoute beaucoup, et qui sera de même beaucoup écouté : Heinz Guderian.

Heinz Guderian, l’un des papas de la Blitzkrieg allemande


Rien à voir avec du ketchup (à part peut être ce qu’il laisse de ses ennemis). Guderian est un officier allemand qui, durant la 1ere guerre mondiale a servi dans les transmissions et l’état major. Il a eu l’occasion de voir un peu les forces et faiblesses de la stratégie allemande, et il a constaté que plusieurs offensives auraient pu réussir, mais les soldats à pied n’allant pas assez vite, les percées n’ont jamais pu aboutir au delà de quelques dizaines de kilomètres. Du coup, pour voir ce qui pourrait être fait, il suit ce qu’il se fait à l’étranger, notamment les théories de Fuller, les livres de De Gaulle. Et il établit une doctrine d’attaque : on commence par attaquer massivement un point faible du dispositif ennemi ; puis, on envoie des chars rapides, suivis par des soldats sur camions, et soutenus par des avions, afin d’encercler les points forts et les isoler ; il ne reste qu’à les encercler avec de l’infanterie classique, jusqu’à reddition ou destruction. La Blitzkrieg est née.
L’Allemagne a un gros avantage dans l’entre deux guerres : elle a perdu. Elle est donc plus réceptive à de nouvelles idées, puisque visiblement, les précédentes n’ont pas marché. Les stratèges allemands ont bien compris : lors de la 1ere bataille de la Marne, il aurait suffi à leurs forces d’assaut d’aller un peu plus vite pour prendre les Français de surprise. Du coup, la théorie de ce jeune officier séduit. La Blitzkrieg commence donc à faire son chemin dans l’état major, et ce bien avant l’arrivée au pouvoir d’Hitler (qui ne l’a nullement inventé : il n’a fait qu’approuver ce qui existait).

Ne reste plus d’un détail : il va falloir développer et construire des chars. Sauf que l’Allemagne, normalement, n’a pas le droit : le traité de Versailles lui interdit la conception et fabrication de tels engins. Pas grave ! Les Anglais ont réussi à nous faire croire qu’ils fabriquaient des réservoirs roulants (« tank », cf. article précédent) ? On va leur faire croire qu’on fabrique … des tracteurs ! C’est ainsi que dans les années 1920, l’industrie allemande développe deux prototypes, le « Leichttraktor » et le « Grosstraktor » ; littéralement, tracteur léger et grand tracteur. Et comme des tracteurs armés de canons, c’est suspect, on va les tester en URSS, avec qui on a passé un accord (en gros, dans un camp d’entrainement en Russie, négocié contre un partage de technologies). Comme quoi, le « C’est Hitler qui a violé le traité de Versailles sur le réarmement », c’est faux : les Allemands ont triché bien avant, du temps de Weimar. Passons.

Des soldats allemands à l’entrainement antichar ; en arrière plan, un « Grosstraktor »


Après les prototypes, il fallait passer aux modèles de série. D’abord le Panzerkampfwagen I (1 en chiffre romain, logique), armé de deux mitrailleuses. Il était surtout destiné à l’entrainement. Le Panzer II, un peu mieux armé avec un canon de 20 mm, mais c’était pas encore ça. Puis les III et IV, qui devaient être les chars standards de la Wehrmacht : respectivement pour détruire les chars ennemis (avec un canon de 37mm antichar), et soutenir l’infanterie (canon à fut court de 75 mm, tout à fait respectable). Ajoutons à cela des chars piqués à la Tchécoslovaquie lors de l’annexion du pays, rebaptisés Panzerkampfwagen 38(t), et qui s’avérera être l’un des meilleurs chars à disposition des soldats allemands au début de la guerre.

Le Panzerkampfwagen I, premier char allemand de série

La guerre commence. Passons rapidement sur l’invasion de la pauvre Pologne, complètement prise au dépourvue et des deux côtés à la fois (et oui, c’est sale). Les Polonais, bien que surpris, parviennent tout de même à détruire des centaines de chars avant l’effondrement du pays, mais surtout grâce à l’artillerie. Donc pas vraiment moyen de faire une comparaison chars vs chars. La drôle de guerre n’est guère plus intéressante, puisqu’il n’y passe pas grand chose (les Alliés attendant que les Allemands se lassent d’envahir tout le monde). Et on oublie également l’invasion de la Norvège (peu armée) ou l’expédition de Narvik, parce que toujours pas de chars des deux côtés.
Il faut donc attendre l’invasion du Benelux et la campagne de France pour opposer les chars franco-britanniques aux Panzer. Comparons déjà la quantité : la Wehrmacht possède environ 2 500 chars, contre 4 000 pour les alliés. Donc oui : les alliés ont plus de chars, sensiblement. Mais l’avantage qualitatif est peut être coté allemand ? Regardons en détail.

Déjà, dans les deux camps, la grosse majorité du matériel correspond à la catégorie char léger : Panzer I et II d’un côté ; R35, H35 et FCM36 de l’autre. Si les modèles français ont tendance à être lents (c’est dommage pour une catégorie où la vitesse est le principal atout), ils sont cependant bien protégés, leurs homologues germains sont à la peine pour les détruire (le Pz-I étant équipé de mitrailleuses, c’est très compliqué pour lui). Ainsi, dans un duel, le français sort généralement vainqueur.
Alors, les chars plus gros sauvent ils la mise ? Les nombres sont sensiblement les mêmes des deux côtés : 500 Pz-III et Pz-IV, contre 600 chars moyens/lourds. Mais peut être que les exemplaires français sont tous pourris ? Étudions deux modèles : le B1 et le S35.
Le B1 est un char lourd, qui a été conçu dès la fin des années 1920, avec un but : pouvoir défoncer des fortifications. Il est donc très bien protégé, avec un blindage épais et de qualité. Pour l’armement, comme à l’époque on ne savait pas faire un canon à la fois antichar et anti infanterie, on va trouver une astuce simple : on va lui coller deux pétoires. Une en tourelle, antichar, de 47mm ; et un gros canon de 75mm, en casemate, pour faire sauter des fantassins, des fortifications, voire des fantassins dans des fortifications (et non, pas l’inverse). Il est par contre assez lent (20 km/h), mais je rappelle que son rôle est de détruire des fortifications, qui ne se déplacent généralement pas très vite. Quand les tankistes allemands tombent dessus, c’est un peu la panique : rien ne semble l’arrêter, alors que lui peut faire péter à peu près tout ce qui est assez bête pour se caler dans son champ de tir. Par ex., le « Jeanne d’Arc » va se prendre 90 impacts, avant d’enfin prendre feu. Pour d’autres exploits, je vous renvoie sur une petit vidéo sur la bataille de Stonne, faite par un blogueur un peu connu.

Le B1 Bis « Héros », avec ses 2 canons

Et du coté des chars moyens ? Intéressons nous au S35, sans aucun doute le meilleur char français de 1940. Il est rapide : 40 km/h environ, soit autant voire plus que les chars légers (ça la fout mal pour ces derniers). Il est résistant : il a un blindage de bonne facture, et surtout – quasi innovation à l’époque – il est incliné. Qu’est ce que ça change ? Déjà, les lois de la géométrie : pour la même épaisseur, la protection relative augmente (puisque si vous prenez une section de travers, elle sera forcément plus épaisse qu’une section droite). Et de surcroit, la probabilité de faire ricocher les obus antichar s’en trouve accrue. Quant à son armement, il consiste essentiellement en un canon de 47 mm, à haute vitesse initiale, donc très bon pour détruire les chars ennemis (un peu faiblard contre l’infanterie cependant). Lors des affrontements chars contre chars, il va largement prouver sa valeur lors de combats comme la bataille de Hannut.

Le S35 français, peut être le meilleur char moyen du moment … sur le papier

Illustration qui explique pourquoi un blindage incliné, c’est bien

On résumé : les Français ont donc plus de chars que les Allemands, et ils sont de qualité comparable voire meilleure.
Mais mais mais ? Pourtant, vous le savez : l’armée française n’a pas gagné, elle s’est même faite un peu ratiboisée. C’est un peu l’inconvénient de parler d’Histoire : difficile de garder un effet de surprise, alors que tout le monde connait le spoiler. Mais puisque vous êtes des lecteurs malins, vous allez demander : pourquoi ? Pourquoi malgré des chars en plus grand nombre et de facture équivalente ou supérieure, les Français ont perdu ? Et en plus, on dit que les Allemands ont gagné grâce aux chars ?!?!? 3 éléments de réponse à cela.

La première : la fiabilité mécanique. Les chars français avaient tendance à tomber en panne, souvent au mauvais moment. Les chars allemands de même, mais moins, et surtout, la maintenance était plus facile. Il faut reconnaître là dessus l’expertise des équipes logistiques des Panzer Divisions, qui parvenaient à remettre en état rapidement les chars en panne ou endommagés (alors que les Alliés ont perdu beaucoup de matériel, abandonné faute de pouvoir être réparé à temps).
La deuxième est l’arme secrète des chars allemands, dont leurs homologues mangeurs de grenouilles sont – presque – dépourvus : la radio. Je vous avais dit que Guderian, le papa des Panzer, avait travaillé dans les transmissions ? Et bien il a vite compris l’intérêt d’avoir un moyen de communiquer sans fil. Du coup : tous les chars allemands ou presque sont équipés en radio. Ce qui leur permet de communiquer entre eux, mais aussi avec l’infanterie, l’artillerie et l’aviation. Tandis que côté français, on se méfie de la radio (on trouve ça peu fiable).
Et cela nous amène tout droit au troisième point : l’utilisation intelligente de cette arme qu’est le char, au sein d’un ensemble plus vaste, dans le cadre de la stratégie dite de « Blitzkrieg ». Sans entrer dans les détails, l’usage de la radio, et la coordination entre les différents éléments de l’armée allemande, ainsi qu’une grande souplesse tactique, ont permis de lever les obstacles qui pouvaient s’opposer à l’armée allemande. On tombe face à des chars qu’on arrive pas à battre ? Vite, on appelle les stukas pour les pulvériser ! Un village fortifié qui résiste ? On prévient les copains qu’il faut le contourner, et les soldats à pied peuvent venir en faire le siège. Ainsi, les chars peuvent avancer sans s’arrêter ou presque, et réussir à piéger les meilleurs troupes alliées en Belgique (un sort cruel s’il en est, de se retrouver ainsi forcer à vivre avec des gens qui parlent néerlandais).

C’est ainsi que les généraux du petit moustachu sont parvenus à nous coller une taule, et pas grâce à une soit disant qualité de matériel. Un excellent exemple est la bataille de Montcornet. Le colonel De Gaulle (pas encore général à ce moment là), tout fraîchement nommé à la tête d’une division cuirassée (donc pleine de chars), décide de se lancer contre les troupes de Guderian. Et le grand Charles, lui, il sait comment utiliser ses chars. Et ça marche … presque. Il parvient à percer les lignes allemandes, il arrive à 10 km du poste de commandement de son adversaire (qui flippe un peu). Et puis l’aviation d’assaut allemande vient briser son assaut ; en partie car sans radio, impossible d’appeler les chasseurs à temps (chasseurs qui étaient de toute façon, très occupés). Dommage.
On le voit bien : les chars allemands n’étaient pas les meilleurs en 1940. Mais c’est leur utilisation intelligente, et le fait qu’ils étaient adaptés à cet usage, qui a permis une victoire foudroyante dans la bataille de France. En face, malgré un matériel très performant sur le papier, des tactiques dépassées ont abouti à une défaite humiliante. Et même lorsque des unités furent commandés par des chefs clairvoyants, l’absence de radio fut un lourd handicap. Comme quoi, tout n’est pas affaire de qualité de l’armement.

Et les Britanniques ? En ce qui concerne la bataille de France, j’avoue manquer d’informations : je sais qu’il y a eu quelques engagements, mais je n’en sais guère plus. De toute façon, après le retrait du British Expeditionary Force, les tankistes britanniques vont devoir attendre la guerre du désert pour affronter de nouveau leurs comparses allemands.
Transportons nous vers ce théâtre d’opérations. Le désert se révèle plutôt bien adapté aux manœuvres des chars, en ouvrant de grands espaces dégagés. Le sable pose quelques problèmes de logistique, car il a tendance à s’infiltrer partout, pourrir les moteurs et la mécanique. Mais d’un point de vue stratégique, c’est une arme idéale. Je ne vais pas entrer dans les détails (un article futur), mais au départ, les troupes du Commonwealth vont surtout affronter des Italiens, et ça ne va pas bien se passer pour ces derniers. Ils vont donc faire appel aux Allemands, qui enverront le célèbre « Afrika Korps », et surtout son commandant, Erwin Rommel. Dans les renforts envoyés, il y a notamment une division blindée. Elle n’est cependant plus équipée des mêmes chars que durant la campagne de France. Les Allemands ont constaté les lacunes de leurs blindés, et vont s’efforcer de les améliorer. Les modèles les plus légers (Panzer I et II) vont rapidement être retirés des unités. Et les chars moyens, Panzer III et IV, vont être améliorés. Pour le Panzer 3, cela va consister à changer son canon de 37mm par un 50mm à long fût, bien plus efficace en antichar, ainsi qu’une amélioration du blindage. Et pour le Panzer IV, l’amélioration sera plus tardive, mais consistera également en un canon plus long, pour devenir une arme multifonctions (anti infanterie et antichar).

Face à eux, que possèdent nos amis anglais ? Je l’avais rapidement évoqué, mais eux ont opté pour une stratégie reposant sur 2 types de matériels. Des chars légers dit « chars cruiser », très rapides, nombreux, avec un armement surtout antichar. Et des chars d’infanterie, lents, mais très solides (à noter que contrairement aux Français, ils sont équipés largement en postes radio, et les commandants britanniques sont assez familiers avec les concepts de manœuvres mécanisées rapides). Ces deux concepts, char cruiser et char d’infanterie, vont s’avérer assez foireux. Les chars cruisers en effet, sont certes très rapides, mais pas assez résistants pour affronter les derniers modèles de chars allemands. Leur seule force sera finalement leur nombre, qui permettra aux Britanniques d’être quasiment tout le temps en supériorité numérique face aux blindés de l’Axe ; et même là, ça ne suffira pas. Quant aux chars d’infanterie, comme le célèbre « Matilda », ils vont réserver certaines surprises aux Allemands, avec un blindage presque indestructible. Mais comme pour les B1 français, les officiers allemands vont trouver d’autres parades (la principale étant le canon de 88mm).

Le Matilda britannique, char au blindage le plus épais lors de sa sortie

Les troupes de Sa Majesté sont peut être les premiers de l’Histoire à avoir utiliser le char d’assaut, et même en ayant été les précurseurs dans l’expérimentation dans les années 1920, ils ont clairement pris du retard. Les ingénieurs britanniques sauront cependant tirer les leçons de leurs erreurs. Ils vont fusionner les deux concepts pour aboutir à des chars qui, peu à peu, cumulent les qualités des deux types. Le résultat final sera le Centurion, un char qui sera parmi les meilleurs du monde, mais arrivé trop tard pour participer au conflit. Pour la 2e partie du conflit, les Anglais vont de + en + utiliser des chars produits outre Atlantique.

Ce qui va nous amener à conclure ce 3e article. On l’a vu : les Allemands n’avaient pas de meilleurs chars que les Français, pourtant ils sont parvenus à nous coller une rouste. En les utilisant intelligemment, en les adaptant à leurs tactiques et en les améliorant peu à peu, ils sont parvenus à garder l’avantage. Vont ils réussir à le pousser davantage ?
Nous verrons cela dans la prochaine partie de cette thématique, où nous les comparerons cette fois ci aux chars US.

Pour en apprendre plus :
https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89cole_de_blind%C3%A9s_de_la_Kama

https://fr.wikipedia.org/wiki/Leichttraktor

https://fr.wikipedia.org/wiki/Grosstraktor

https://fr.wikipedia.org/wiki/Panzerkampfwagen_I

https://fr.wikipedia.org/wiki/Panzerkampfwagen_II

https://fr.wikipedia.org/wiki/SOMUA_S35

https://fr.wikipedia.org/wiki/B1_(char)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Stonne

https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Montcornet

https://fr.wikipedia.org/wiki/Matilda

Source des images : Wikipédia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *